Un été à l’ombre de lectures de Chine…
Juin 30, 2011 ArtLa Chine au quotidien 6

L’été a pointé son nez la semaine dernière… Je cède à un des marronniers médiatiques et vous propose aujourd’hui une liste de lectures chinoises à emporter sur la route de vos vacances !

La société vue par les auteurs chinois

– Yu Hua, un de mes auteurs chinois préférés, avec Le vendeur de Sang, 1986, et l’excellentissime Brothers, dont je vous parlais il y a peu.

– Jung Chang et Les cygnes sauvages, une fresque familiale sur fond du tourmenté 20e siècle chinois

– Lisa See et son magnifique Fleur de Neige, un voyage dans la Chine féminine du 19e siècle

– Mo Yan avec le très court et bon Maître a de plus en plus d’humour et peut-être Le Pays de l’alcool

La Chine contemporaine par le prisme du polar

– Qiu Xialong, qui excelle dans ce style avec les enquêtes de l’inspecteur Chen dans Mort d’une héroïne rouge, De soie et de sang, et Encres de Chine.

– Peter May, découvert il y a peu et ses Meurtres à Pékin

Des livres pour voyager

Passagère du silence, de Fabienne Verdier, où l’initiation d’une Française à la calligraphie et à la Chine dans la Chine des années 1980

– Ella Maillart avec Oasis Interdites, le récit d’une traversée de l’Asie hors du commun… en 1935 !

– Le très bon Road Book, pour trouver l’inspiration pour ses prochains voyages, en Chine ou ailleurs !

Ou encore…

– un portrait de la société chinoise avec Jean-Luc Domenach et La Chine m’inquiète

– Rachel Delcourt et Shanghai l’ambitieuse, ou un portrait économique de la ville

– une BD pour les amateurs du genre avec l’excellent Une vie chinoise

– et pour finir, un petit hors-sujet avec la magnifique Chronique Japonaise de Nicolas Bouvier

Bonnes lectures et bel été à vous !

6 comments on “Un été à l’ombre de lectures de Chine…

  1. J’ai bien aimé les livres de Delcourt et Domenach ( un de ces sinologues qui a de la bouteille et qui arrive à avoir une vue assez équilibrée).
    J’ai plus de mal avec la littérature chinoise. Un cinéaste chinois, Cheng Kaige, disait à propos de son art en Chine quelque chose comme ça : » Tant que nous n’aurons pas une grande liberté de création, nous n’aurons pas de grand maître, nous sommes condamnés actuellement à suivre les petits ruisseaux sans aller dans les grands fleuves ». Pour la littérature, il me semble que la réalité est proche.

    Sur la Chine, j’aime bien les livre de Billeter.
    Un livre-entretien intéressant avec le premier psychanalyste chinois, Hu Daton, « La Chine sur le divan ». J’avais écrit quelques mots sur le sujet :

    Ce livre est passionnant à divers titres :
    Il permet de découvrir tout le cheminement fabuleux d »un ancien garde rouge et historien qui découvre la psychanalyse, Lacan et la France.
    Un témoignage sans tabou sur la Chine par un psychanalyste chinois qui désamorce les lieux communs.
    Une vue sans concession entre les différences des deux pays sans tomber dans les clichés habituels. Aucune connaissance en psychanalyse n »est nécessaire pour apprécier cet échange, il pourrait d »ailleurs même servir à une première approche de ce champ d’exploration intérieure qu »est la psychanalyse.

  2. J’ai justement « récupéré » (la couverture m’a tapée dans l’œil) « Une vie chinoise » récemment. Il traine sur mon bureau, mais je crois que je vais le lire en rentrant. Je n’avais pas lu ton article qui en parlait, et ça me donne envie (je regrette presque de ne pas l’avoir glissé dans mon sac pour le lire en ce moment même, au boulot où je m’ennuie !). Ta présentation me rappelle un peu Persepolis, une des bd qui m’a le plus marquée.

  3. @ Vatopedi: je ne connais pas « La Chine sur le divan », mais j’en avais entendu parler, je le lira à l’occasion (quand ma pile de livres non lus aura un peu diminué)…
    @ Oreille: Tu vas l’adorer, j’en suis sûre… Surtout car on a des goûts similaires: j’ai aussi beaucoup beaucoup aimé la BD Persepolis aussi (dont je n’avais heureusement pas vu la version animée…)!

  4. Il va falloir que j’achète un deuxième sac à dos, pour les livres !
    Lili as tu lu « Chemins de poussière rouge » de Ma Jian ? Une description de la Chine des années 80 à tomber par terre…
    Bon je ne vais pas rallonger ta pile de « livres en attente » plus longtemps,

    A+ et merci pour la liste 😉

  5. Les livres et le sac à dos, ça c’est un dilemme. En moins de trois mois à peine j’étais déjà full avec 3-4 livres, alors j’imagine sans deadline 🙂
    Et non, ne connais pas Chemins de poussière rouge. J’avais lu Nouilles chinoises qui ne m’a pas laissé un super souvenir, mais je tenterai peut-être celui-ci, un peu plus tard!
    Avec plaisir pour cette liste !

  6. Moi aussi j’avais eu un avis mitigé sur « Nouille Chinoise », mais là c’est totalement différent, c’est son histoire qu’il raconte.
    Une histoire vraie donc, d’un gars qui traverse la Chine en quête de liberté.

    Pour ce qui concerne le poids des livres en voyage, je pense de plus en plus sérieusement à investir dans un Kindle.

Laisser un commentaire