Le temps de chaque chose
Juin 24, 2018 Famille 19

J’écris ces lignes en un premier samedi soir d’été doux et ensoleillé. J’ai quelques heures devant moi, quelques heures où rien n’est prévu, où j’ai du temps pour moi.

Une soirée impromptue de mon mari, il emmène notre aîné avec lui. Je reste seule avec Petit Trésor, qui du haut de ses 6 mois, peut passer quelques temps à s’occuper sur son tapis et dormira bientôt. Et je décide d’oublier les tâches domestiques qui pourraient m’occuper la soirée entière si je le souhaitais. Le cadre est posé: rien est mon programme pour ce soir. Cela se compte en jours, semaines et peut-être même en mois que ce « rien » ne m’est pas arrivé. En réfléchissant à cet inhabituelle situation, je réalise qu’une des choses qui me manque le plus en ce moment est la possibilité d’écrire régulièrement. Me voici donc derrière le clavier, pour la première fois depuis trop longtemps et c’est sur cette absence d’écriture que j’ai envie d’écrire.

Après mon premier congé maternité, j’écrivais l’article De la volonté d’être plurielle où je terminais en citant les mots d’Anouilh dans la bouche d’Antigone « Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier ». Je le réalise avec mon second bébé : ce n’est plus possible.

Il y a une chose que je ne savais pas sur la maternité – parmi tant d’autres – c’est qu’avoir un deuxième bébé n’est pas simplement deux fois plus fatigant. La fatigue est pour moi exponentielle. Nos enfants sont heureusement en bonne santé, mais, depuis que j’ai repris le travail, le rythme de mes journées – du réveil à 6h30 au dîner à 20h30 – est un flux tendu permanent, sans famille proche de nous pour nous soulager. Pas un instant pour moi, pas de place pour l’imprévu, tout est minuté.

Alors, j’ai renoncé.
Ma personnalité est bien sûr toujours plurielle. Comme je le disais dans l’article suscité, je suis toujours maman, amoureuse, salariée (pour Evaneos), blogueuse, voyageuse, danseuse, auteure, et bien d’autres choses encore. Sauf que je ne peux pas être tout, entièrement, en même temps.
Antigone 1 – Aurélie 0.
On me concèdera qu’Antigone n’avait pas d’enfant. Et encore moins d’enfants au pluriel. J’ai réalisé après la naissance de Petit Trésor que je n’étais pas super woman. D’ailleurs, super woman n’existe pas. Avoir deux enfants à la maison, travailler à 80% (la meilleure décision prise ces derniers temps), entretenir ne serait-ce qu’un peu notre relation de couple et danser au moins une fois par semaine, voici quels sont mes engagements du moment.
Voyager, écrire et danser sont mes trois grandes passions. Et comme vous l’avez lu juste au-dessus, voyager et écrire ne font pas partie de ma vie du moment. J’ai par exemple dû renoncer à un voyage en Croatie il y a quelques semaines. Le programme était alléchant, les billets réservés, Petit Trésor avait un âge correct pour rester avec son père. J’avais voyagé de manière similaire quand mon aîné avait quelques mois, mon mari m’ayant toujours soutenu dans mes projets, j’en parlais ici. Mais non, la fatigue a été trop forte et mon corps m’a envoyé des signaux qu’il aurait été imprudent d’ignorer.
Après la naissance de Petit Trésor, j’ai aussi décidé de rompre une promesse faite à moi-même il y a 9 ans: écrire de manière régulière sur ce blog, quoi qu’il advienne. J’écris toujours, mais ponctuellement. Oublié le rythme des articles hebdomadaires, tenu pendant si longtemps.

Oui, je veux toujours « tout ». Je veux toujours être cette personne multiple. Je veux m’épanouir dans mes diverses passions. Je veux travailler dans un domaine passionnant. Je veux une vie de famille harmonieuse. Mais je ne veux plus tout, tout de suite. C’est peut-être le début de la sagesse, la prise de conscience d’une évidence, ou le simple apprentissage de la vie…

Je veux tout, mais pas tout en même temps. Que ce soit la sagesse, l’évidence, la vie et/ou surtout la fatigue qui me l’apprennent, je le sais désormais dans chaque cellule de mon être: il y a un temps pour chaque chose. Je pourrais recommencer à voyager régulièrement dans quelques semaines, mois ou même années. Il en est de même pour l’écriture. Mais mes enfants n’auront 6 mois et 3 ans qu’une fois dans leur vie. Les regrets qui ne manqueront pas d’arriver n’y changeront rien : si je m’éparpille, je ne pourrais profiter pleinement de ces instants uniques.

Amis lecteurs, j’espère que vous vous en accommoderez… Google lui, ne semble pas apprécier, si j’en juge mes « statistiques de visite ». C’est un sujet dont je parle peu, ne vivant pas de mon blog, comme de plus en plus de mes confrères blogueurs. Je trouve juste dommage que mes 828 articles de blog en ligne, tous écrits avec soin et passion depuis 9 années, se retrouve en énième page des résultats de recherche car je suis moins active ces temps-ci. Et lesdits confrères vivant de leur blog étant sans aucun doute plus doués que moi pour écrire des articles plaisant à google, cela ne risque pas de s’améliorer. Mais qu’importe, ce blog est et a toujours été mon espace de liberté absolu, et je prends aujourd’hui la liberté de moins écrire, vous l’avez compris, pour la meilleure des raisons…

Chère passion voyage et chère passion écriture : je vous délaisse pour quelques temps, mais soyez-en assurées, je reviendrai un jour à vous, plus déterminée que jamais à profiter pleinement de vous.
Chère passion danse, tu es mieux lotie – je continue de te côtoyer, car de la maternité, ça je le sais: il faut toujours garder du temps pour soi, aussi restreint soit-il,  pour se ressourcer régulièrement. La danse reste mon espace où me retrouver, mon moment de pause et mon bonheur chaque dimanche renouvelé.
Chères passions, chère personnalité multiple, viendra un temps où vous occuperez à nouveau mon quotidien, c’est certain. Mais ce temps là, n’arrivera ni aujourd’hui ni demain.

A bientôt amis lecteurs, je repasserai ici, soyez en sûr(e), je ne peux pas juste vous dire quand ! J’espère que vous comprendrez…

PS : et comme ce sujet occupera sans doute encore de la place ici, j’ai créé une catégorie « Famille » pour retrouver tous mes articles à ce propos !

19 comments on “Le temps de chaque chose

  1. Mais n’oublie pas que Wonder Woman, tout comme Antigone, n’a pas d’enfants !
    Alors profite bien de cette chance que toi tu as, de l’amour qui t’entoure dans la folie de chaque journée.

  2. Sage decision ! On ne rattrape pas ces moments merveilleux de la petite enfance. Vous reprendrez plus tard vos articles passionnants, plein d’empathie et de curiosité pour autrui. Je suis une mamie de 78 ans. J’ai eu 3 enfants, 6 petits enfants . j’ai tjs travaillé et me suis tjs réservé des moments à moi. Profitez en un max et revenez en pleine forme. Ginou

  3. Tu saisis là toute la profondeur de la vie avec un, mais surtout plus d’un enfants en bas âge. On peut être tout, sans tout être en même temps. Chaque chose en son temps et les passions mises de côté temporairement n’en seront que plus éclatantes quand elles ressortiront de leur congé forcé. C’est très sage de t’écouter comme ça. Si toutes les mères (et les pères) que je côtoient dans mon travail pouvait appliquer cela qu’au quart, ce serait un rêve.

    J’ai vécu ce retrait partiel et temporaire à mon deuxième enfant, puis encore plus au troisième… et maintenant, le plus petit est devenu plus grand et je recommence à m’éparpiller (même si je n’ai jamais vraiment arrêté autant qu’il aurait fallu), à mieux concilier mes diverses vies professionnelles, personnelles, amicales, amoureuses, voyageuses… à avoir un équilibre plus facile d’accès parce que mes oisillons volent de plus en plus loin du nid. Et je ne regrette surtout pas, après coup, d’avoir ralenti pendant quelques années, d’avoir fait un tri dans mes priorités et de ne pas avoir été une superwomen 😉

    1. Merci pour ton mot Bianca… Oui, je reprendrai mes diverses passions plus tard. Quand je vois que mon aîné de 3 ans commence à parfois refuser mes bisous ou câlins, je me dis que je dois d’autant plus profiter de ces temps là avec le tout petit. Car un jour ce seront aussi des oisillons indépendants 🙂

  4. Vos lecteurs fidèles comprennent très bien et sauront vous attendre. On est multiple oui mais différente à chaque moment de sa vie. L’important est de savoir s’écouter et de savoir choisir les priorités . Nous , on appréciera les quelques instants d’écritre que vous aurez pu voler à votre emploi du temps surchargé. Profitez de ces moments inestimables:l’enfance de vos enfants . En attendant patiemment le prochain article, je vous embrasse. Nicole.

  5. La vie vous sourit avec vos enfants et votre vie de famille..elle est belle cette vie..mais elle file vite. Vivez et profitez des instants qui sont présents..à dans quelques temps de vous relire

  6. Savoir profiter de tout ce qui s’offre à nous mais aussi écouter les signaux envoyés par notre corps et apprécier les moments en famille qui s’envolent et dont il ne reste bientôt que les souvenirs, c’est là l’essentiel et tes lecteurs le comprendront sans problème. Ça fait longtemps que je ne suis plus passée sur ton blog (ni sur d’autres) mais c’est une grande joie de te relire. Ta plume est si juste et poétique. Merci de ton billet, et je te souhaite le meilleur, toi qui nous offres toujours, sur ton blog, le meilleur.

  7. Voir grandir et profiter de ses enfants, de sa famille, de ses proches, c’est quelque chose d’irremplaçable : le blog peut attendre. Quant à Google et ses statistiques, il faut juste les oublier, ce n’est pas une priorité et tu l’as compris. En attendant, nous lisons les autres articles. A bientôt.

Laisser un commentaire