La danse et l’écriture…
Août 18, 2020 ArtMali 2

Je participe depuis plusieurs étés à un stage de danse malienne dans le Sud de la France. Plusieurs étés que je savoure chaque instant de cette pratique tant aimée. Mais après ces stages, je reviens avec l’impossibilité de mettre en mots l’expérience vécue.

Cette année, je pense avoir compris la raison de ce blocage. L’écriture est pour moi une manière d’inscrire dans la matière une expérience vécue. Particulièrement avec l’écriture des articles de ce blog, où je partage depuis si longtemps mes expériences de voyage et de vie.
La semaine dernière, alors que je vivais une nouvelle extraordinaire semaine dansée, j’ai réalisé : quand je danse, j’inscris déjà mon expérience dans la matière – la matière du corps en l’occurrence – et du coup, je ressens bien moins le besoin d’inscrire dans l’écriture l’expérience vécue. Aussi, jusqu’à maintenant j’avais trouvé que les mots rendaient peu honneur à chacun de ces superbes moments vécus et partagés. J’y ai accordé à peine quelques lignes l’été dernier, que vous pouvez relire ici si le coeur vous en dit.
Je suis rentrée hier soir d’une semaine résidentielle autour des danses du Mali avec l’association Pazonote, et pour la première fois, l’envie d’écrire sur ce type d’expérience est venue. Voici les premiers mots posés, comme ils sont arrivés au réveil de ma première sieste à la maison, tel un inventaire à la Prévert…

Ancrage.
Présent. Présence. Respiration. Musicalité. Communauté. Sonorité. Douceur. Sensualité. Gourmandise. Bonne chère. Joies. Bonheur. Rythme. Griots. Soninke. Chant. Domba. Famille. Dortoir. Champs. Étoiles. Dépassement. Cercle. Plaisir. Cœur. Corps. Kéné. Soleil. Thé. Chaleur. Moustiques. Peau. Muscles. Force. Puissance. Sauts. Envol. Terre. Ciel. Spiritualité. Méditation. Profondeur. Approfondissement. Intensité. Kiff. Lâcher-prise. Transpiration. Tradition. Partage. Transmission. Génération. Regards. Rires.
Gratitude.
Danse.

Je suis lancée – je m’essaie un peu plus et tente de mettre en phrases quelques-uns des moments forts vécus :

Passer des matinées entières à respirer dans chacun de ses mouvements de danse.
Se perdre dans les nouveaux pas et savoir qu’on appréciera encore plus d’être juste, le moment venu.
Danser avec le cœur, danser au présent, laisser le mental, et se sentir juste.
S’essayer pour la toute première fois au chant et y prendre un plaisir inouï.
Allier danse et chant, y prendre son pied, y mettre tout son cœur et tous ses poumons, encore encore et encore.
Goûter chaque instant, chaque seconde, avec une attention spéciale, après cette année si spéciale.
(Re)trouver une amie-sœur et partager avec elle danse, spiritualité et plus encore.
Découvrir de si belles personnes, sur le Kene (espace de danse en bambara) et au-delà.
Manger avec immense appétit de délicieux repas d’ailleurs et d’ici.
Méditer beaucoup, s’appuyer sur la méditation dans la danse.
Réaliser, se dire et appliquer tel un mantra dans la danse et au-delà « Rester dans le cœur, rester dans le cœur, rester dans le cœur ».
Admirer de si belles danseuses autour de soi.
Admirer la personnalité de chacune sublimée dans « sa » danse.
Jouir, de chaque instant.
Passer une dernière soirée largement au niveau des nuits bamakoises : qualité de la musique, de la danse, beauté des toilettes, ambiance et ces si beaux chants qui ont touché mon âme.
Pleurer de joie pure en partant.

Un immense merci à Manu Sissoko pour ce rêve de partage de culture malienne, rêve réalisé incarné dépassé.
Merci à Dramane Sissoko et Mariam Sissoko pour cette tradition partagée offerte sublimée.
Merci à Tishou Aminata Kane pour m’avoir aider à allier danse et cœur.
Merci à Hawayel Fanny Ayse Fanfan Cath Caroline Laëtitia pour le don de vous, pour vos beautés d’âme et de corps dansés.
Merci à Vincent, Antoine, Nouna et Agathe pour les si beaux instants musicaux partagés.
Merci à toutes mes sœurs de danse avec qui j’ai partagé un simple pas ou chaque instant de la semaine.

Pour entrer dans la danse :
– le site de l’Asso Pazonote (et sa page vidéo pour en prendre plein les mirettes)
Page Facebook de l’asso pour suivre leurs actualités (la photo vient de là!)
Vesko « African Electro Sound » par Vincent (et Manu souvent à la voix)

2 comments on “La danse et l’écriture…

  1. Que d’émotions !!! oui, la danse est transcendante !! On s’élève… on va “ailleurs“ ! J’ai toujours aimé danser ! et quand on n’est pas seule, on est littéralement en symbiose avec les autres et le moment est encore plus heureux !!…
    Quelle jolie façon de “terminer“ le temps de repos… avant de reprendre la dure réalité !! bon courage !!

Laisser un commentaire