Un Voyage en Asie* Condensé d’Inde en Bénarès
Nov 01, 2011 IndeVoyaaages ! 6

Un ami m’avait très justement dit avant mon départ: en Inde, tu vois la vie dans son ensemble, avec un très large spectre, d’un extrême à l’autre.

Il y a ici l’extrême pauvreté, les injustices criardes, les enfants inhumainement instrumentalisés, et aussi plus prosaïquement les mauvaises odeurs et les déchets infâmes. En un mot, l’horreur du monde.

Mais tout à côté, ou autour, ou parfois au milieu même de cette horreur, il y a la beauté de la vie, avec des notes et des couleurs comme jamais je n’en ai vues. Les couleurs des saris des femmes, sur les murs des maisons, sur les turbans des hommes. Et la musique, comme le grelot accroché au pied de bien des femmes. Une énergie, des regards vifs, des sourires entiers et généreux. Et cette spiritualité… Divya me dit « La spiritualité est ce qui sauve l’Inde ».
Elle a tellement raison. Tant de différences d’allures, de cultes si normalement acceptées ici. Je n’ai vu ou ressenti aucune animosité à l’égard de la différence de l’autre.

Toute cette dualité s’incarne à merveille en Bénarès. Ville vénérée par les Hindous: c’est en cet endroit qu’il faut mourir, car on sera lavé une dernière fois avec l’eau du Gange, et on accèdera directement au Nirvana, sans passer par une nouvelle réincarnation. Les corps brûlants sur un bûcher y côtoient des centaines de saris de couleurs se rassemblant pour prier ou pour faire des ablutions dans l’eau sacrée.
Quel bonheur d’être en ce lieu pendant le festival Ganga Dusshera.
Rien n’était prévu, le voyage se décide au dernier moment, et par un très heureux hasard, nous tombons sur ce festival dédié au Gange. Prières en chansons à la tombée de la nuit, bercées par une cérémonie emplie de bougies et de lumières. Cette cérémonie, vue d’une barque sur le Gange me semble surnaturelle. Tant de monde, tant de calme, tant de prières.

Même sentiment, quelques heures plus tard, le lendemain au lever du soleil: on voit une foule, impatiente et calme à la fois, procéder aux ablutions dans le Gange. Comme un manteau de corps uni dans une unique foi.

Les hommes ont ici un supplément d’âme. Et déambuler au milieu d’eux m’apaise, me remplit et m’élève à la fois…

Vous l’aurez compris, ce voyage en Inde n’était qu’une merveilleuse mise en bouche en attendant de prendre le temps d’y revenir plus longtemps !

6 comments on “Un Voyage en Asie* Condensé d’Inde en Bénarès

  1. « La spiritualité est ce qui sauve l’Inde »… l’opium du peuple a dit quelqu’un d’autre… Est-ce un leurre ? Une réelle quête de toute une vie, réfléchie, assumée ? Je me suis souvent posé la question. L’accepterais-je ?…
    Tu as été soulevée, emportée, en communion semble-t-il. Mais là, maintenant, avec le recul, as-tu la même espérance ? Le même regard ? Ou te surprends-tu à penser que « mouais, dans l’ambiance et plus tard à Paris, ça n’a plus rien à voir »…

  2. L’opium du peuple, peut-être, mais ça reste vrai pour celui qui y croit et ça lui permet de tenir bon. Dire si c’est bien ou mal, je n’ai pas assez de recul du tout…
    Et oui, quelques mois plus tard, si je ferme les yeux et que je repense à l’Inde, mon sentiment n’a pas changé 🙂

  3. « La spiritualité est ce qui sauve l’Inde »
    Il me semble qu’en Occident l’un des rares auteurs qui n’a pas défiguré l’Inde spirituelle dans sa présentation est Alain Daniélou, dont je recommande fortement la lecture de tous ses nombreux ouvrages. Assez éloigné de l’Inde qu’on n’aime nous présenter, sous un angle occidental ou à l »aune de ses figures modernes ( Gandhi ans co) rejetés par les tenants de l’Inde traditionnelle. Daniélou a passé près de 20 ans à Bénarès. L’Inde est le pays que je préfère de tous.
    http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_ss_c_1_11?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=alain+danielou&sprefix=ALAIN+DANIE

Laisser un commentaire