Étiquette : musique

Aïssata Kouyaté, griotte des temps modernes

Je connais Aïssata Kouyaté depuis quelques années déjà. Dès que j’ai suivi mon premier cours de danse avec elle, j’ai été sous le charme. Son sourire, sa grâce et sa légèreté dans la danse m’ont plu au premier coup d’œil. Des années après, rien n’a changé, au contraire. Au bout de quelques cours, je me suis rapidement rendue compte qu’elle n’était pas seulement une talentueuse danseuse. Aïssata est une griotte, au sens le plus noble du terme.

Rencontre, à l’occasion de la sortie de Mandé, son dernier album.

Aissata Kouyate

Read More

Taye Sacko, griotte du Mali : rencontre exceptionnelle !

Je vous propose aujourd’hui une rencontre exceptionnelle. Je vous emmène dans le monde des griots du Mali.

Nous sommes dans le salon de Taye. Trois canapés confortables, encens entêtant, sourates du Coran encadrées au mur. Nous venons de terminer un délicieux Tiébou-dien’, le riz au poisson sénégalais. Taye porte aujourd’hui un sublime boubou aux tons rose, vert et blanc. Comme à chaque fois que je la vois, elle est sublime et gracieuse. Elle a accepté de répondre à mes questions. La scène se passe en banlieue parisienne, mais c’est un voyage au cœur de la société malienne qui nous attend.

Griotte malienne

Read More

Inspiration // Salif Keita, le prince de la musique malienne

Comme vous le savez peut-être, je collabore régulièrement avec la (très bonne) radio web du voyage Mix City Radio.

Pour le premier article rédigé pour ladite radio, je me suis fait plaisir en faisant le portrait d’un de mes artistes préférés, Salif Keita…

Read More

Fatoumata Diawara, de la voix et du coeur

Fatoumata Diawara, retenez bien ce nom, cette voix et ce visage…

De son concert que je viens de voir à La Cigale à Paris, plusieurs scènes m’ont marquée. Au-delà de sa voix qui a plusieurs fois atteint mes entrailles et des belles notes qui flottent encore entre mes deux oreilles.

Read More

Un bel album contre le racisme !

J’ai un gros faible pour les livres de chansons pour enfants. J’en offre beaucoup, je m’en offre même parfois. J’aime cette alchimie entre une chanson et une illustration, souvent dans un univers très poétique.

Trois de mes très bonnes amies d’enfance m’ont offert il y a quelques années un tel livre, intitulé Chanter contre le racisme. Elles ont vu très juste: format idéal, thème idéal, le cadeau parfait donc!

Ce livre-album recèle 18 titres de chanteurs tous aussi talentueux les uns que les autres, Pierre Perret et son incontournable Lily, Maxime le Forestier et Né quelque part, Claude Nougaro et Amstrong… Un régal des oreilles du début à la fin.

Avec une mention spéciale pour Maria Szusanna de Michèle Bernard, que je ne connaissais pas. Son dernier couplet a longtemps résonné en moi. J’ai mis quelques temps à comprendre qu’il me faisait penser à une très chère amie…

Ô, Maria Szusanna où es-tu
Est-ce de t’avoir aperçue
A belles dents croquer ta vie Manouche
Que j’ai eu dans la bouche
Ô, ce désir si fort de partir
Et chanter pour ne pas trahir
L’enfant qui va sa vie coûte que coûte
Sur l’infini des routes

Comme il est très justement écrit dans l’introduction de l’album:

La chanson n’a jamais cessé de parler de notre temps. Autrefois, elle se faisait gazette pour relater faits divers et air(s) du temps. Maintenant encore, elle continue de consigner la mémoire de nos vies, de nos joies, de nos peines, de nos espoirs comme de nos indignations. (…)

Ce livre est une anthologie tirée d’une veine désormais féconde, comme la bête qui la nourrit. Fasse que le chant pluriel et multicolore des Hommes épuise un jour racisme, anti-sémitisme et xénophobie. Car « de n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur / la musique est un cri qui vient de l’intérieur ».

Vous l’aurez compris, un cadeau à faire ou à se faire sans modération, et ce sans limite d’âge aucune !
Connaissez-vous ce livre ?

Cliquez par ici pour acheter Chanter contre le racisme !

Read More
La belle idée mélomane…

La musique adoucit les moeurs, n’est-ce pas?!

J’ai mis cet adage en application, et ce, à plusieurs reprises, grâce à un jeune homme qui a eu l’idée la plus brillante qui m’a été donnée de voir depuis mon retour en France : installer un piano au beau milieu d’une rue d’un quartier parisien extrêmement passant et jouer pour le plaisir des badauds mélomanes d’un jour.

La musique dans la rue, c’est assez commun, mais un instrument aussi majestueux qu’un piano, c’est plus rare, et dans un quartier aussi anonyme, stressé et parisien pur jus que celui des Grands Magasins, ça tient carrément du miracle !

La scène se passe au croisement rue Joubert et rue de Caumartin. La rue Joubert est condamnée aux voitures en journée, et ce qui devrait être un slalom permanent entre anonymes pressés se transforme alors en pause magnifique.
Je travaille dans le quartier, mes journées sont en ce moment longues, chargées, et parfois stressantes, et les quelques fois où ce talentueux pianiste a rencontré ma pause sandwich, ce n’ont été que de pures minutes de bonheur, de relaxation, de voyage dans une autre dimension, très très éloignée de ma réalité.

Je ne peux que vous souhaiter de croiser au hasard de vos passages dans le 9ème arrondissement parisien, Steve Villa-Massone, ce pianiste de rue, embellisseur du quotidien…

Et n’hésitez pas à aller sur www.stevevillamassone.fr, vous pourrez y goûter à quelques unes de ses notes…

Read More