De retour d’une « Re Naissance »…
Oct 19, 2021 Le Chemin No responses

« Retraite Re Naissance », l’objectif était affiché noir sur blanc dès le début.
Je n’avais que très peu d’attentes avant mon départ, préférant laisser sa juste place à la surprise. Tout de même : connaître mieux la fascinante Véronique de Lacochetière… Et rencontrer des pairs, des personnes en cheminement spirituel, des pairs avec qui échanger sur ce qui m’anime.
J’avais pris grand soin d’éviter d’y penser en amont. Je revenais aussi d’une retraite d’écriture qui m’avait déjà tellement nourrie au-delà de mes attentes, je ne voulais surtout pas me risquer à une comparaison.
Et la vie m’a à nouveau offert immensément plus que je n’aurais pu l’espérer.

Ces cinq journées étaient telles un accélérateur de particules, un espace-temps différent où tout tendait vers un but unique : les retrouvailles avec soi.
Certains mots seront délicats à poser et risqueraient de dévoiler trop mon intimité ou de ne la dévoiler qu’à moitié et créer des faux-semblants. Je ne partagerai donc pas l’ensemble de mon vécu.
Mais je peux essayer d’en partager quelques pépites, glanées ici et là, et qui pourront être justement comprises en cette page. Bien sûr, si l’une ou l’un de vous souhaite en savoir plus, je serais heureuse d’échanger en privé à ce propos, faites-moi signe.

J’ai donc pu découvrir Véronique et j’ai été plus fascinée encore et, surtout, j’ai été inspirée. Véronique de Lacochetière est une femme belle, forte, debout, puissante, aimante, aidante, passeuse… Les adjectifs pourraient s’égrainer longtemps. Je crois que ce qui me touche le plus chez elle est sa façon d’aimer et de célébrer la vie, à chaque instant, avec joie et élégance. Courez dévorer son livre, Réveillez-vous Femmes Divines, si vous voulez la rencontrer un peu plus.

J’ai rencontré de superbes personnes. Des thérapeutes dédiés à leurs patients, passeurs à leur tour, engagés au plus haut point pour nous faire avancer vers nous-mêmes. De réelles personnes cœur-guidées, à chaque instant.
Je voulais donc rencontrer des pairs, des personnes en cheminement spirituel. La vie a bien répondu à ma demande et les rencontres furent au rendez-vous. Avec chacune et chacun des participants, un échange de cœur à cœur a eu lieu. Par les paroles, les regards, les silences, par les simples présences. A chaque fois, j’ai pu reconnaître mon humanité à travers eux, lire en eux mes failles comme mes forces.

Le lieu m’a portée. Véronique nous a accueillis chez elle, à La Treille, dans sa superbe demeure au cœur du Lot-et-Garonne. J’ai senti l’âme de la maison dès la porte passée. La Treille est parfaitement décorée d’objets du monde, vibrants témoignages du métissage dont est pétri Véronique, et de mots inspirants affichés sur tous les murs. La Treille est posée au cœur d’une forêt qui m’a paru familière et particulièrement accueillante dans ce doux soleil d’octobre. Le jardin a été le théâtre de bien de mes méditations, les arbres ont reçu tant de mes câlins et m’ont donné tant de force en retour.
Voici quelques mots inspirés par ce lieu magique, rédigés à chaud :

Un silence plein de grâce – une peau gorgée d’un soleil doux et perçant – des chants d’oiseaux mêlés aux battements du cœur – les tronc larges à qui livrer bonheurs et peines – la chaleur du soleil sur le corps chassée par la fraîcheur de la rosée – l’instant suspendu, longtemps – l’instant où l’on se perd et celui d’après, où l’on se retrouve – les battements d’ailes du papillon qui froissent le silence du soleil – le papillon qui déroule sa trompe devant la pulpe du doigt et ose effleurer l’ongle, sensuelle caresse s’il en est – le soleil qui baigne tout, le corps, la pierre, les arbres, tout le décor – chercher depuis si longtemps ce silence et y trouver la pleine présence – la dentelle des peupliers qui dansent devant le crépuscule – l’écorce du pin qui chauffe sous la main – les feuilles des arbres qui se déplient au vent et enchantent le silence – la rumeur d’une auto, loin, très loin, qui offre au silence toute sa densité – chercher en soi le vide, le perdre, le trouver, se trouver.

J’ai entendu ces mots dans la bouche d’une des participantes : l’énergie était palpable pendant ce séjour. Elle l’était et j’en rentre avec l’envie de porter plus haut encore mon amour pour la vie.

Tout est dit, me souffle mon cœur.
Tant serait à dire encore, mais le reste sera raconté j’espère dans chacun de mes gestes, dans chacune de mes actions ou décisions à venir…
Et j’espère aussi qu’à la lecture de cet article, vous aurez reçu un peu de la si belle lumière que nous avons créée ensemble lors de cette Re Naissance.

Si vous voulez tenter l’expérience à votre tour, une autre retraite Re Naissance se tient en juin (infos ici). Par ailleurs, un atelier dédié aux hommes « Réveillez-vous Hommes divins » se tient en janvier (infos là).

Laisser un commentaire