De la schizophrénie post-voyage et autres petits étonnements…
Juin 24, 2011 FranceVoyaaages ! 22

Dans le post annonçant mon arrivée en France, Sandro me demandait quel était mon « ressenti » suite à mon retour à la maison mère… Je profite de l’occasion pour ne pas être logique du tout: plutôt que de commencer par le récit chronologique de mon voyage, faisons un saut dans le temps et passons directement à mon actualité…

Neuf jours après avoir atterri à Charles de Gaulle, elle pourrait se résumer en un seul mot: SCHIZOPHRÉNIE, au sens étymologique du terme (pas encore pathologique, enfin du moins je l’espère).
Schizophrénie signifie à l’origine fractionnement de l’esprit, tout un programme me direz-vous… Voici, entre autres, pourquoi:

– ma tête passe de l’Asie à Paris ou de Paris à l’Asie environ (dix, vingt, ?) de trop nombreuses fois par jour.

– mon esprit fait précisément des allers-retours constants entre mes souvenirs de voyage (et envies d’écrire à ce propos) et mes réflexions sur ma vie professionnelle à construire.

– j’ai passé un entretien d’embauche moins de 20 heures après mon atterrissage.

– j’ai très envie de raconter mon expérience passée mais les mots me paraissent si fades que j’ai du mal à dire quoi que ce soit…

– Shanghai et la Chine me manquent (plus que je ne l’aurai cru) mais je suis plus qu’heureuse d’avoir retrouvé ma famille et mes amis ici.

– j’ai très envie de redémarrer une vie posée à Paris et pourtant je réfléchis déjà intensément à ma prochaine (lointaine) destination !

– Paris semble ne pas avoir bougé d’un iota en deux ans, ressemble plus que jamais à un village et pourtant je n’y ai plus de repères…

– Shanghai, quittée le 4 avril, me parait si lointaine, et elle s’approche pourtant le plus de ce qui pourrait aujourd’hui être mon home sweet home

Et à part ceci, quelques uns des autres sympathiques étonnements d’un retour en France après deux années de Chine et 72 jours de route sont les suivants:

– je n’arrive pas à me faire à la lumière du jour qui dure jusqu’à 22 heures passées (dans l’Asie où je me suis baladée, à 19 heures, la nuit tombe, même en juin) !

– je me surprends à écouter avec attention toutes les discussions en français autour de moi (déformation de la voyageuse qui recherche/évite des compatriotes)…

– je me surprends aussi à apprécier les touristes anglophones et à me sentir beaucoup plus proches d’eux qu’avant mon départ.

– je suis ébahie par la non-sympathie des commerçants français !

– je suis épatée par la politesse des Français de la rue (et du métro).

– à propos de métro, les stations parisiennes me paraissent toutes petites et collées les unes aux autres.

– je sais que je suis différente mais je suis un peu moins sûre de savoir qui je suis…

22 comments on “De la schizophrénie post-voyage et autres petits étonnements…

  1. Welcome back home Lili !… Je sais à quel point cela peut paraître déstabilisant, mais retrouver son nid d’origine peut aussi être source de bien des plaisirs.

    Je me retrouve un peu dans ta description ci-dessus, même si je ressens les mêmes symptômes non pas après une absence de deux ans mais à cause de mes absences répétées avec décalages horaires et de cultures répétés et importants.

    Et j’ai souri quand tu écris « je me surprends à apprécier les touristes anglophones » ; il y a 10 jours à Dubaï j’ai surpris un jeune couple asiatique qui m’a regardée avec des yeux ronds et n’a cessé de me remercier en restant totalement interloqués parce que je leur avais pris l’appareil photo des mains pour leur faire une vraie photo de couple sous la fameuse tour Al Khalifa, la plus haute du monde tandis qu’ils essayaient de se prendre en photo tous les deux à bout de bras… 🙂

    Et j’en fais autant à Paris quand ils tentent de se photographier à deux devant la tour Eiffel ou l’opéra !

  2. « – je suis ébahie par la non-sympathie des commerçants français ! »

    C’est toujours un plaisir avec eux 😉 Limite, s’il ne faut pas s’excuser d’acheter !

  3. @ Un Monde Ailleurs: merci! J’ai aussi pris les devants avec quelques touristes: s’ils ont l’air perdu devant un plan, je leur propose de l’aide et les oriente. Sourires garantis 🙂

    @ Piotr: carrément… Ce qui m’hérisse le plus c’est l’absence de sourire et de « bonjour » un poil sincère…

  4. Ouha, aussi tôt dit, aussi tôt fait ! Merci.

    Ben écoutes, rien ne me surprend dans ce que tu écris, il va te falloir un peu de temps pour te remettre à l’heure française, peut-être qu’il serait pas mal de faire le même article dans 6 mois, voire un an, histoire que tu es le temps de digérer.
    Et pour l’entretien seulement 20h après avoir touché le territoire, chapeau ! J’imagine la claque…

    Profites bien des tiens, A+

  5. « J’ai aussi pris les devants avec quelques touristes: s’ils ont l’air perdu devant un plan, je leur propose de l’aide et les oriente. Sourires garantis »
    Quand ils ne partent pas effrayés persuadés qu’on veut leur soutirer de l’argent… (ou alors c’est juste moi qui ai une sale tête)

  6. @ Sandro: la « claque », c’est bien le terme qui correspond 😉 Et oui, ça je profite bien de miens…

    @ Oreille: le cas ne s’est pas encore présenté à moi, mais j’imagine que ce n’est pas lié à « ta tête », mais plus au psychotage des touristes :), je te dirai si ça m’arrive aussi!

  7. « je suis épatée par la politesse des Français de la rue (et du métro). »

    Ça c’est parce qu’on est resté trop longtemps en Chine 🙂 .

  8. Oui, j’imagine que ceux à qui j’ai fait peur s’étaient fait avoir quelques temps auparavant… On a quand même beaucoup d’escrocs à Paris. Pendant un temps, il y avait un mec qui se plaçait à l’entrée du Père Lachaise et faisait payer l’entrée ! Typiquement le genre d’arnaque qu’on retrouve en Asie !

  9. « j’ai très envie de redémarrer une vie posée à Paris et pourtant je réfléchis déjà intensément à ma prochaine (lointaine) destination ! »

    C’est en effet déstabilisant de rentrer à Paris de l’apprécier et en même temps d’avoir envie d’ailleurs … ça me fait souvent ça … et pourtant je n suis jamais restée plus de trois mois loin de France … alors j’imagine après plus de 2 ans.
    😉

  10. Exactement, lao-style 🙂 On doit pouvoir faire le tour du monde des arnaques à Paris, cela dit ! En tant qu’habitant, on ne s’en rend pas trop compte (sauf quand on fait le chèque du loyer), mais certains touristes se font vraiment pigeonner à longueur de journée. On leur a dit « Paris c’est cher », donc ils ne se posent pas trop de questions…
    Enfin, tu pourras veiller au grain et les aider, maintenant ! Peu à peu, on sera une armée !

  11. « je suis épatée par la politesse des Français de la rue (et du métro). »
    Il faut même réapprendre certains réflexes; le pire, pour moi c’est en Californie, j’avais vraiment l’impression d’être un plouc après un séjour d’un an en Chine en milieu chinois 100%.

    « à propos de métro, les stations parisiennes me paraissent toutes petites et collées les unes aux autres. » Je viens d’arriver à Paris et c’est quand même agréable de ne pas avoir besoin de marcher loin pour joindre une station.

  12. @ Oreille: j’aime bien l’idée de cette armée, y a un truc à creuser, sûr!

    @ Vatopedi: j’imagine très bien le fait de se sentir plouc… et j’apprécie aussi également la proximité des stations parisiennes, on est très très loin des stations asiatiques!

  13. Et beh! C’est du retour en force ça 😉
    Je pense que c’est normal, de ne pas sentir les mots justes venir pour certaines expériences. Je suis en train de publier une série au sujet de mon épopée chinoise… un an plus tard. Il y a certaines expériences qui nécessitent un peu de temps pour être digérées.
    Quant à moi, j’ai déjà peur du retour en 2012… Mais je sais que je ne resterai pas très longtemps :p

  14. Je me retrouve avant l’heure dans ton récit… surtout quand tu parles de ton ambivalence « fuir/ se rapprocher » de ses compatriotes 😉

    Bon retour Lili, fais-nous partager tes nouvelles impressions

    Aline

  15. Ping : nice}

Laisser un commentaire