Je cède aujourd’hui la plume à un collègue blogueur,  Julien, qui m’a récemment contactée pour partager en ces colonnes sa passion pour l’Afrique du Sud. Belle occasion : je ne connais pas ce pays du bout de mon continent de coeur. Sa passion est communicative, et je suis sûre qu’à la lecture de l’article ci-dessous vous aurez vous aussi envie d’aller jeter un oeil à ce bel ailleurs…

cape-town

Si Cape Town était personnifiée, elle serait une lady. Sans hésiter, elle est une femme, mais le genre élégant, distingué, toujours au summum de sa beauté, très attentive à l’apparence. Une femme qui a beaucoup de choses à offrir, mais seulement lorsque l’on en a percé les secrets. Et la carapace.

Avant de partir pour un endroit inconnu, tout bon voyageur se doit de se renseigner sur le pays qu’il s’en va visiter. En faisant des recherches sur Cape Town, il est fréquent d’entendre parler de ses problèmes de sécurité, surtout lorsque l’on porte bien clairement sur son front l’étiquette «touriste», c’est-à-dire « friqué » dans l’un des pays les plus inégalitaires du monde (cliquez ici pour voir qu’il n’est pas si compliqué que ça d’y survivre ;-)). Alors la plupart des nouveaux venus développent des tendances un peu paranoïaques, et se ferment à la rencontre, à l’Autre. J’écris l’Autre avec un grand A parce que ce que Cape Town a de plus beau, ce sont les Capetowniens.

Une souffrance toujours présente, toujours fascinante: petit aperçu de l’Histoire sud-africaine

En atterrissant à Cape Town, ne vous attendez pas à trouver l’Afrique. Du moins pas les clichés de lions et de feux de camps que vous avez, cachés dans un coin de la tête. Cape Town est moderne, presque européenne. C’est surtout visible dans son architecture, résultat clair et net de la présence hollandaise. Elle est un fabuleux mélange d’influences de toutes sortes, au point qu’il est impossible de lui attribuer une réelle identité. Zulus, Afrikaners, Coloured, Cape Malais, Anglais, Xhosas… tous se mélangent pour former un arc-en-ciel de couleurs de peau, jamais semblables. Cette mixité a encore du mal à s’épanouir complètement, parce qu’elle résulte d’énormément de douleur.

Comme vous le savez sans doute, l’Afrique du Sud a connu des décennies d’apartheid, cette politique de ségrégation qui a établi les « races » et les a dressées les unes contre les autres. Ce tournant sombre de l’Histoire est le fruit de plusieurs vagues migratoires coloniales, hollandaise puis anglaise, de leurs rivalités et de leur complexe de supériorité. L’année 1994 a amené avec elle l’avènement de la liberté et de la démocratie, sous la direction ferme et charismatique de Nelson Mandela, icône de la nation pour sa philosophie pacifiste.

cape-town6

Cape Town est particulièrement chargée d’histoire, notamment en raison de sa localisation géographique. En fait, la ville a été nommée d’après le Cap de Bonne-Espérance, là où les premiers colons hollandais ont débarqué. Ils ont d’abord utilisé l’endroit comme comptoir sur la route des Indes, mais lorsqu’ils se sont installés, c’est Cape Town qu’ils ont fondée. La présence des « Blancs » est donc particulièrement forte, ce qui n’a pas que des retombées positives. La ville compte aussi une grande communauté colored, autrement dit métisse, ce qui ajoute à sa multi-culturalité.

Malgré les tensions raciales persistantes, j’ai toujours été fasciné par ce mélange de couleurs. Rares sont les pays où tant de différences coexistent dans un calme relatif. Cette diversité est une véritable force pour le pays, et forge son caractère unique. Alors que certains ne voient que des rapports humains malsains et inégalitaires, toujours imprégnées de colonialisme, je préfère regarder les relations mixtes qui fonctionnent, et observer deux amis de couleurs de peau différentes qui se serrent dans les bras en se voyant emplit toujours mon coeur d’un étrange sentiment de satisfaction.

cape-town5

La merveille de la nature: Table Mountain, et quelques conseils pour l’apprivoiser

L’autre beauté de Cape Town, c’est son environnement naturel incroyable. Impossible de passer à côté de la Montagne de la Table, récemment nommée parmi les Sept Nouvelles Merveilles de la Nature. Complètement plate à son sommet, elle semble se dresser au milieu de nulle part lorsque vous l’apercevez depuis le hublot de l’avion. Et une fois sur la terre ferme, elle ne quitte plus jamais votre champ de vision. En fait, toute la ville est construite autour d’elle. Elle est accompagnée de Lion’s Head, Devil’s Peak et Signal Hill, qui l’entourent de tous les côtés et font l’originalité de l’environnement de Cape Town. Rares sont les villes où vous trouverez une nature omniprésente, composée à la fois de mer et de montagne. Et bien ici, c’est le cas ! Impossible de passer ses week-ends au fond de son lit, il y a bien trop de choses à faire. Randonner, surfer, courir sur la plage, admirer l’immensité de tout paysage… Un paradis pour les amoureux de la nature, et un cadre de vie sans égal.

cape-town4

Escalader Table Mountain est bien évidemment un incontournable de Cape Town. Mais ce n’est pas aussi simple que ça, parce que les possibilités sont infinies. Les feignants prendront le téléphérique, mais je vous conseille vivement de prendre votre courage à deux mains et d’atteindre le sommet à pieds. Les chemins possibles sont nombreux. Mon préféré, sans hésiter, est celui qui part de Kirstenbosch, le jardin botanique de la ville. Choisissez un jour pas trop chaud, mais pas nuageux non plus, emmenez quelques litres d’eau, et vous serez prêt pour une magnifique marche de 5 heures qui vous emmènera à travers roches et forêts jusqu’au toit du monde. La vue depuis Table Mountain est à couper le souffle, un panorama complet sur Cape Town et les montagnes ou autres collines qui l’entourent. Je ne vous parle même pas de ce que ça donne au coucher de soleil…

Si Table Mountain parait insurmontable à votre âme de sportif du dimanche, vous pourrez toujours vous contenter de Lion’s Head. Une randonnée bien plus facile et bien plus courte qui offre une vue tout aussi splendide. C’est particulièrement populaire d’escalader Lion’s Head les soirs de pleine lune, une excellente manière de rencontrer du monde et de voir Cape Town d’un autre oeil. Idem pour Signal Hill, petite colline accessible en voiture ou les Capetowniens aiment se réunir avec pique-nique et couvertures pour admirer le coucher de soleil rose orangé sur la mer.

J’avais envie de vous parler de Cape Town parce que j’en suis tombé amoureux dès que j’ai foulé son sol, et que je suis toujours triste d’entendre les histoires de sa mauvaise réputation. C’est une ville magnifique, gorgée d’histoire et profondément complexe, mais qu’il faut faire l’effort de comprendre pour l’apprécier au mieux. Une fois que ce premier obstacle est surmonté, je suis sur que vous ressentirez à peu près la même chose que moi…

cape-town7

cape-town3

cape-town2

Merci à Julien pour ce bel article !
Vous pouvez retrouver Julien sur son blog consacré à l’Afrique du Sud.

Et vous Cape Town, ça vous tente ? Dites moi tout dans les commentaires !

3 Responses to “Article invité – A la découverte de Cape Town avec Julien”

  1. C’est manifestement un endroit fascinant à bien des égards. J’aurais aimé voir plus de photos de rues. Merci de ces partages. Philippe

Leave a Reply