Je tenais tant à revoir le désert je crois que ma soif de lui ne sera pas étanchée avant longtemps. Juste avant de partir pour El Gouna je tombe sur ces quelques lignes, au hasard d’un site « Et si vous êtes d’humeur pour une petite évasion culturelle, rendez-vous dans le désert à proximité où un verre de thé vous sera offert par les Bédouins et admirez les étoiles dans le ciel sans nuage du désert ».

L’idée est semée dans ma tête, elle n’en sortira plus.
Je me renseigne pour voir les possibilités, peu d’infos, on avisera sur place.

Désert Arabique, Egypte

A El Gouna, il me faut l’intercession de trois personnes pour trouver un accompagnateur, qui accepte de m’emmener hors des circuits touristiques.
Le rendez-vous est pris, ce sera samedi 16h.

Sur la route du désert Arabique…

Gamal vient me chercher à l’hôtel. Il est chauffeur et me mènera aux portes du désert. La cinquantaine enrobée et souriante, le contact passe bien.
Nous roulons ensemble plus d’une heure en ce jour, il sera là aussi pour me raccompagner. Gamal est très curieux de ma vie, me sentant ouverte à la rencontre. Il me juge « intelligente », devine que je parle trois ou quatre langues. Un plaisir de discuter avec lui. Il me parle de sa vie, de ses deux familles, de ses deux femmes ayant chacune un appartement avec 4 & 3 enfants respectivement. Je lui explique ma difficulté à conceptualiser cela. Il l’accepte. Je lui parle de mon mari M, il me demande s’il est bon pour moi, s’étonne qu’il ne soit pas présent.
Gamal me laisse le volant de son outil de travail. Sensation unique de m’approcher enfin de mon cher désert en devisant sur l’Egypte.

Arrivée dans le désert

Hatem, le sympathique responsable du site, me demande ce que je veux faire. Oui, je préfère être assise à l’arrière du quad, oui je souhaite aller où les touristes ne vont pas (les « villages de Bédouins » reconstitués, très peu pour moi), et oui j’aime les endroits tout simplement naturels.

Haitham, qui se fait appeler Alex pour une meilleure communication je crois, sera mon guide. Avant tout, il me noue mon foulard façon bédouin; tant mieux, je goberai moins de sable.
Nous voilà partis, Alex et moi, pour près de trois heures de balade.

Je suis surprise.
Nous arpentons une immense plaine de sable, avec des dunes ou peut-être des montagnes en fond de décor. Le soleil est face à nous, le vent charrie un sable fin, dans cet univers brun clair à contre-jour, je ne sais pas ce qui m’attend au loin.

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

Un désert de roches.

Evidemment la sensation est autre que celle ressentie dans un désert de dunes sans fin. Mais je me retrouve face à une immensité de roches et de sable. Face à moi, les tons sont sablés, rosés et orangés.

Le désert est immense, m’explique Alex en s’improvisant prof de géographie. « Ce désert s’étend sur 1000 kilomètres, du Nord au Sud de l’Egypte, entre la Mer Rouge et le Nil ». C’est le désert oriental, j’apprendrai à mon retour qu’on l’appelle aussi le désert Arabique. Il est peuplé de nomades, les Bédouins. En comptant ceux du désert occidental, le Sahara, 10 millions de Bédouins vivraient dans ces étendues m’apprend mon prof improvisé.

Nous continuons la balade de roche en montagne ; de séquoia en vallée. On croise un puits, l’eau pouvant se trouver ici à « seulement » 20 mètres sous terre, contrairement au Sahara, où elle n’est pas à moins de 100 mètres.

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

Trois points à l’horizon.
Ce sont des Bédouins.

« Si ce sont des femmes, je ne pourrais m’arrêter m’explique Alex ».
Les points se précisent, deux femmes et un enfant. « Elles sont en noir, ce qu’il signifie qu’elle sont mariées, on ne peut pas y aller ».

Avec leurs chèvres au loin, le tableau est magnifique, mais que de souffrances doit-il incarner… Je ne fais pas l’affront d’une photo.

Nous continuons, le soleil toujours face à nous. Il commence à baisser, il faut déjà s’en retourner.
Les montagnes prennent des couleurs plus belles encore dans le couchant.

Alex me montre le village où habitent les Bédouins, réellement. Maisons faites de branchages, dromadaires, citernes stockant l’eau puisées d’une source un peu lointaine, le village est vide et désolé.
Nous nous arrêterons finalement prendre un thé plus loin, chez des amis d’Alex attendant le touriste. Le thé est bon, les amis sympathiques.
La route nous rappelle déjà. Le soleil termine tranquillement sa ronde.

Sublime fin de journée. Le soleil se cache entre nuées de sable et montagnes rocheuses au profil acéré.

Je rentre régénérée, heureuse d’avoir découvert une nouvelle terre d’aridité, cher désert adoré.

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

Désert Arabique, Egypte

 

Le désert Arabique en pratique

Hathem organise des circuits en groupe, mais vous pouvez demander des sorties individuelles.
Plus d’infos sur son site Falco Safari.

Le désert Arabique, ça vous parle?
Au plaisir de vous lire…

Vous pouvez aussi me suivre sur facebook // google + // twitter // flux RSS !

12 Responses to “Escapade dans le désert Arabique”

  1. Julien dit :

    Ayant vécu au Caire, oui ce désert me parle par contre je ne m’y étais pas rendu.

    Je te conseille cependant vivement le désert blanc et le désert noir plusà l’ouest. Tout simplement sublime…

  2. Alain dit :

    Bravo pour la ballade et pour l’article. Ca donne envie !

  3. La Grenadine dit :

    J’ai adoré lire cet article, découvrir les conversations que vous avez eu et avoir un bref aperçu de cet endroit si dur mais si magique. Et puis pouvoir échanger avec des gens du coin, qui partagent un morceau de leur culture, c’est une telle chance. (:

  4. Mélissa dit :

    Ah oui, ça me parle! Comment ne pas être fascinée (je pense que même si tu n’avais pas mis de photo, j’aurai très bien pu imaginer le décor grâce à tes descriptions) ?

    • Ye Lili dit :

      ha ha ah Mélissa, merci pour ton commentaire « même si tu n’avais pas mis de photo, j’aurai très bien pu imaginer le décor grâce à tes descriptions) » un compliment qui me touche :)

  5. Charlotte dit :

    Des images qui disent long sur ces lieux d’une beauté sublime. La nature est vraiment merveilleuse.

  6. Je découvre ton article avec plaisir et m’y retrouve un peu car nous sommes passés dans le désert du Thar en Inde cette année et les sensations étaient similaires (http://pack2life.com/pays/inde/les-etoiles-du-thar/). Si tu as l’occasion d’y aller un jour, je suis sûre que ce désert saura aussi te charmer.

Leave a Reply