J’ai « découvert » la Jamaïque
Mar 13, 2014 AmériqueCaraïbesVoyaaages ! 34

Suite de ma découverte du monde des croisières et des Caraïbes…

J2-Jamaique5

Carnet de bord, J-2 : à moi la Jamaïque

En ce matin de ma 31ème bougie, le dieu des cieux n’y va pas à moitié : il m’offre une superbe bataille lumière-nuages juste sous mes yeux dans l’angle de vue exact permis par mon balcon. Je passe une heure à regarder la sublime lutte. Jusqu’à ce que les nuées gagnent nous plongeant dans une purée de pois bien trempée me poussant à me retrancher dans ma cabine… Victoire de courte durée : le soleil l’emporte toujours je suppose dans ce coin du monde !

J2-Aurore2

Découvrir la Jamaïque !

Mon second cadeau d’anniversaire ne tarde pas : ma rencontre avec la Jamaïque. Bon, ce ne sera qu’une entrevue, le cadre est donné dès le départ, à peine une journée à terre. Mais qu’importe, cela suffira sans doute pour me donner une première impression.

J’accoste ma première île caribéenne avant 10h30. Je suis la première à sortir du bateau.
Tout d’un coup un sentiment de peur pointe son nez. Où suis-je en train d’atterrir ? Je ne connais aucun code ici, personne pour m’aider. J’ai deux heures de libre devant moi avant ma visite organisée. Je me décide à marcher tout droit, je verrai bien ce qui se passe. L’interaction avec les habitants de Falmouth ne tarde point. Les hello fusent à chaque pas ou presque. Mes premières impressions : beaucoup de couleurs aux murs des maisons. Des gens à la peau noire très foncée. Bien des hello donc, mais peu de sourires spontanés pourtant. Odeurs d’eaux usées mal écoulées. Drague volontairement ouverte et lourdaude, mais qui ne s’attarde jamais pour autant.
Je devine la sympathie des gens qui m’entourent, les hello sont souvent suivis de salutation plus prolongées, on me demande plusieurs fois si je cherche quelque chose ou si je suis perdue (ce doit être mon nez en l’air qui absorbe tout ce qu’il peut qui perturbe les gens croisés). Vive verdure même dans la ville. Maisons inachevées. Les gens ne semblent pas extrêmement pauvres, du moins ils semblent tous avoir le ventre plein, mais une grande précarité se dégage de la ville.

J2-JamaiqueSoir

J2-JamaiqueFalmouth

J2-JamaiqueFalmouth2

Il me faut déjà me diriger vers ma prochaine étape « visite 4×4 des environs de Falmouth ». Je ne sais pas à quoi m’attendre. Nous sommes finalement six à bord d’un pick-up, accompagné par Chin’. Notre guide a la soixantaine timide. Du moins c’est ce que je crois jusque sa première blague… Je passerai près de quatre heures assise près de lui, laissant mes collègues touristes sur les banquettes arrière.
Chin’ nous raconte avec joie et passion sa région.
Je suis épatée par tant de verdure.
Nous roulons en plein jungle vallonnée en nous arrêtant au gré des plantes croisées. Oranges (goûtées sur l’arbre pour la première fois), canne à sucre, ackee (plante nationale dont le fruit, une fois grillé, est mangé à toutes les sauces), mais aussi poivre, paprika et même noix de muscade (fraîche, je ne l’aurai jamais reconnue sans l’aide de Chin’ – voir la photo ci-dessous).
De routes en pistes on croise quelques Jamaïcains. L’image que je retiens des Jamaïcains de cette journée ? Un groupe de personnes papotant devant un mur coloré qui nous dit bonjour de la main à notre passage…

Les paysages sont sublimes. Il fait beau. Peut-on m’oublier dans un coin de jungle ? J’aimerai tant partager un moment de quotidien avec ces gens dont j’ignore tout. Ils ont l’air plus souriant qu’en ville. J’espère pouvoir revenir.

J2-JamaiqueGuide

J2-Jamaiquejungle-muscade

J2-Jamaiquejungle8

J2-Jamaiquejungle7

J2-Jamaiquejungle6

J2-Jamaiquejungle5

J2-Jamaiquejungle4

J2-Jamaiquejungle3

J2-Jamaiquejungle2

La question de l’esclavage me travaille ces jours-ci (d’avoir vu l’excellent film 12 years a slave y est loin de n’y être pour rien). Au bout de notre balade, nous arrivons dans une ancienne exploitation de canne à sucre, créée par des esclavagistes. Elle est aujourd’hui transformée en centre touristique. Un jeune homme travaillant ici me fait faire un tour privé du propriétaire. Deux faits étonnants à mes yeux se succèdent : mon interlocuteur (à la peau noire) m’explique froidement qu’ici avant il y avait un four où l’on brûlait les esclaves morts ; puis environ trois minutes plus tard, je lui fais part de ma surprise de voir les tombes des esclavagistes parfaitement entretenues. Je demande en toute franchise à cet homme s’il ne ressent pas parfois de la haine pour ces anciens tortionnaires. Sa réponse m’étonne au plus haut point : « s’il n’y avait pas eu l’esclavage, je ne sais pas où je serai. Ici j’ai une belle terre avec un superbe climat et une bonne vie, donc je suis bien. Et le peuple jamaïcain est un peuple pacifique. »
Hm, je ne vois pas quoi répondre, mais mon envie de rébellion bien française en prend pour son grade.

Nous terminons la balade et devons déjà retourner sur le navire.

Je quitte ainsi la Jamaïque : après l’avoir effleurée du bout du doigt. J’espère un jour lui réserver le temps qu’elle mérite !

J2-Jamaiquejungle1

J2-Jamaiquejungle

J2-Jamaique2

J2-Jamaique

J2-JamaiqueSoir2

En pratique :
Escale réalisée à bord du Navire MSC Divina au départ de Miami.
Toutes les infos sur les excursions proposées par MSC Croisières sont à retrouver ici.
L’ensemble de mon journal de bord : jour 0 & 1.

34 comments on “J’ai « découvert » la Jamaïque

  1. Bon, j’ai un peu attendu avec impatience ton récit à propos de ton escale en Jamaïque et … je ne suis pas déçu ! 🙂

    Tes photos montrent des paysages naturels superbes et encore « sauvages », cela me rappelle un peu le Costa Rica.
    Il y a aussi une photo qui m’a interpellé : celle du bar avec l’affiche Rum-Bar … je connais bien le rhum de Cuba, de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion mais pas celui de la Jamaïque, il va donc falloir y remédier 😉

    La Jamaïque est une destination qui nous intéresse de plus en plus, elle fait partie de celles que nous étudions de près pour le voyage de nos 20 ans de mariage l’année prochaine … elle vient donc de marquer des points supplémentaires avec ton récit car elle me plait beaucoup 😉

    Tu as visiblement aimé aussi, j’espère donc pour toi que tu auras l’occasion d’y retourner plus longuement un jour …

    1. J’avoue, j’ai goûté le Rhum de Jamaïque (enfin quelques gouttes). D’après Chin’, le meilleur du monde 🙂
      Je ne pourrais que t’encourager à y aller, j’ai donc eu un très bon feeling. Et une amie qui y a été 3 semaines il y a peu m’a dit s’être vraiment bien plu…
      A suivre donc 🙂

  2. Un bel aperçu, de belles premières impressions. J’aime beaucoup ta manière de les retranscrire : on est à côté de toi, limite dans ta tête, comme pour un roman, à voyager sur ton épaule pour voir ces maisons colorées et ces jamaïcains pacifiques ^^

    Les Caraïbes m’attirent (et c’est un des plus grands rêve de voyage de mon conjoint !) et nous iront un jour … en attendant, je profite de tes chroniques pour vivre le voyage par procuration 😉
    Je découvre par la même occasion comment se passent les séjours sur ces énormes bateaux, moi qui n’ai navigué que sur des petits voiliers.

    1. Merci Amandine. Tes mots « on est à côté de toi, limite dans ta tête, comme pour un roman, à voyager sur ton épaule » me touchent particulièrement, je suis plus qu’heureuse que tu aies ressenti cela.
      Et pour le coup tu as déjà de la chance d’avoir pu voyager sur des petits voiliers, c’est quelque chose que je n’ai jamais fait et que j’aimerai beaucoup faire !

  3. ♫ ackee rice and the fish are nice, and the rhum is fine any time year ♫

    Salut Amélie,
    la Jamaïque me tente beaucoup aussi. Si l’opportunité se présentait, je ne serais pas contre une expatriation dans ce coin des caraïbes. Avec quelques craintes j’avoue.

    Retour de bâton, l’esclavage a suscité un violent sentiment anti-blanc en Jamaïque, encore assez vivace à priori dans les grandes villes. Heureux de voir avec toi que les jamaïcains ont su oublier les douleurs du passé. Merci pour de partager avec nous le soleil, et de jolies images de ce coin de paradis.

    Où avez-vous débarqué exactement ?

  4. Oups Aurélie, je t’appellerai Ye Lili la prochaine fois…
    C’est pas ma faute, juré ! C’est Amélie de Voyagista qui fait que de publier en même temps que toieuh !

  5. La Jamaïque n’est pas un pays (une île ?) qui m’attire particulièrement, mais j’ai beaucoup aimé le récit que tu en as fait.
    J’aurais aussi pensé que cet homme aurait nourri une certaine rancœur vis à vis des esclavagistes morts (C’est comme ça que j’aurais réagi en tous cas). Mais non ! Encore une preuve que les différences culturelles existent bel et bien ! Et c’est pas plus mal 🙂

    1. Tu peux parler d’île ou de pays pour la Jamaïque car c’est bien les deux… Il est vrai qu’on n’en entend pas beaucoup parler depuis la France et du coup ça ne nourrit pas trop notre imaginaire.
      (et oui, vivent les différences culturelles!)

  6. Chouettos ! Tu as eu de la chance de pouvoir découvrir ce pays qui a mauvaise réputation. Moi j’avais renoncé en entendant les Cubains faire état de l’ambiance sordide qui règne à Kingstown. Est-ce que tu y retourneras ?

    1. Tiens letiou, c’est drôle que tu parles de « mauvaise réputation » pour la Jamaïque. Pour moi, au pire, c’était aucune réputation ou alors les clichés type Rasta Rocket, mais je ne savais pas le pays mal réputé. Tu as entendu cela seulement à Cuba ou ailleurs aussi? Si c’était seulement à Cuba, ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait des histoires de politique derrière…

      1. J’avais entendu ça de France, par des amateurs de reggae. Kingston a vraiment sale réputation (criminalité, crack), et le racisme anti-blanc n’est pas une légende (paraît-il, je ne suis pas allé voir du coup, faute de contact sur place). On a attendu d’être à Cuba pour avoir d’autres sons de cloche. Les fumeurs de pétards cubains ont confirmé.

        Et sinon, moi c’est le Tièèèèèèèèèèèou (avé l’assent provençal) et pas le Tiouuuuuuu (ça c’est l’accent bourguignon) 😉

  7. En août dernier je suis également partie en croisière et je retrouve bien mes sentiments lors de la lecture de ton récit. L’impression de n’avoir fait qu’effleurer les 4 destinations où nous avons fait étape, d’en avoir simplement aperçu un petit bout par la fenêtre de mon 4×4… Mais comme tu dis dans un commentaire précédent, il suffit de voir le verre à moitié plein pour se rendre compte qu’on a déjà de la chance d’avoir entraperçu ces destinations ! J’attends la suite 🙂

  8. Ah Sirhom flattée de la confusion:)
    Aurélie je pense que tu vas avoir du mal à me convaincre quand même de faire une croisière, c’est pas vraiment le fait de faire que des escales courtes mais rien que l’idée d’etre sur un bateau plusieurs jours me donne le mal de mer!
    En tout cas je suis comme toi, 12 years a slave m’a vraiment ému et j’aurais posé la meme question, j’aime bien sa réponse pleine d’optimisme.

    1. Amélie, si je comprends bien, tu ne supportes pas la mer? Sache que ce type de bateau est plus que stable (on ressent vraiment que de faibles sursauts de temps à autre). Mais si c’est l’idée même d’être perdue sur l’eau qui te dérange, là on ne peut rien faire !

  9. Wow! Ça me fait avoir encore plus hâte d’y aller. Départ le 22 mars dans mon cas. Même bateau, mêmes escales. Je n’aurai pas la chance de lire les prochaines destinations avant mon départ, alors j’aimerais savoir si les autres escales sont toutes aussi intéressantes. C’est ma 3ième croisière et celle-ci me donne quelques palpitations dans tous les sens du terme…

  10. Bonjour Ye Lili,

    En effet, les photos sont magnifiques. Je n’ai jamais eu la chance d’aller en Jamaïque mais d’après ton récit, cet endroit m’a l’air sympa.
    Prêt pour la suite……Clin d’oeil

    Merci !!!

Laisser un commentaire