Comment je suis descendue d’une montagne tibétaine (sans cheval mais en faisant 2 rencontres magiques)
Mar 07, 2011 Voyages en Chine 9

Depuis hier, nous sommes en mode randonnée sur les montagnes de l’Amdo Tibétain. L’Amdo est une des trois provinces traditionnelles du Tibet, même si ses terres sont en Chine (un peu ici dans le Gansu, beaucoup dans le Qinghai), nous sommes culturellement au Tibet. Il suffit de regarder autour de nous pour nous en rendre compte.

Lors de notre balade, aucun de nous trois ne connaissait exactement le chemin. Ayant le sens général de l’orientation, nous n’étions pas égarés, mais nous nous demandions comment retrouver notre chemin vers la vallée, après avoir grimpé pendant plusieurs heures. Jack nous dit alors « il suffira de rencontrer quelqu’un qui nous montre le chemin ».
Certes, mais à 3.500 mètres d’altitude, les badauds ne sont pas nombreux.

Ou du moins, c’est ce que je croyais: quelques minutes après, on aperçoit au loin une silhouette, assise dans l’herbe. En m’approchant, je me rends compte que c’est une jeune bergère.
Elle nous regarde avec grande attention. On s’approche. Pour elle comme pour nous la rencontre du troisième type était à l’approche.

Elle ne parle pas chinois, mais seulement tibétain, d’ailleurs je l’entends plus chanter que parler. Nous sommes tellement étonnés par cette rencontre inespérée qu’on ne pense pas à lui demander notre chemin.

On s’observe mutuellement: ses yeux sont francs et rieurs, ses habits curieux, ses chants magnifiques, et ses sifflements pour appeler les bêtes semblent d’une autre planète. La taille des pieds de mon conjoint, nos yeux clairs et mes cheveux très courts attirent un œil curieux.
Nous ne sommes qu’interrogations mutuelles et sourires…
Elle s’intéresse ensuite à mon appareil photo. Je pense que c’est une des premières fois qu’elle en voit un. Elle apprécie aussi beaucoup le morceau de chocolat qu’on lui donne. Je devine qu’elle a une quinzaine d’années.
Mille questions me traversent l’esprit: d’où vient-elle? passe-t-elle toutes ses journées sur sa montagne? a-t-elle des rêves? des projets? est-elle heureuse?
Elle reste fière, à peine perturbée par ces trois visiteurs venus d’ailleurs. Son regard toujours franc, direct, noble.

Elle nous montre une maison en contre-bas en disant « mama ». La seule indication dont nous serons sûrs. Notre chemin est finalement indiqué!

Après une belle descente caillouteuse, nous arrivons devant la porte de la maison de terre de la « mama ». Elle nous attend devant la porte. Nous lui tendons nos gourdes en espérant qu’elle nous aidera. J’ai bon espoir: les peuples nomades ont un sens de l’accueil très développé, car accueil rime avec survie dans les milieux difficiles.
C’est mieux que de l’eau qu’elle nous propose: elle nous invite naturellement à entrer chez elle pour manger. L’échange se fait un peu en chinois, beaucoup par le reste.

A peine entrée dans son foyer, je suis émerveillée: c’est chaud, coloré, propre et accueillant.
Elle nous offre un repas qui tombe plus que bien: la tsampa, aliment traditionnel des Tibétains, que j’avais déjà goûté dans le Kham, lors de mon premier voyage en terre tibétaine. Il s’agit de farine d’orge délayée avec les doigts dans un bol avec un peu de thé chaud additionné de beurre de yack, et dans ce cas d’une poudre de noisettes. Mes papilles sont ravies.
Je suis aussi et surtout ébahie par le regard doux et bienveillant de notre hôtesse, le regard d’une mère pour ses enfants.

Je suis heureuse pour la jeune bergère, je ne sais quel est son avenir, mais c’est un foyer plein d’amour qui l’attend en bas de la montagne.

9 comments on “Comment je suis descendue d’une montagne tibétaine (sans cheval mais en faisant 2 rencontres magiques)

  1. J’ai fait les mêmes portraits (ou presque) pendant un séjour de quelques jours aux confins du Yunnan, dans les tous premiers contreforts du Tibet dans la région de Shangri-La : les mêmes visages ronds, les mêmes sourires, les mêmes intérieurs de maisons tibétaines. Que de bons souvenirs… Et une superbe région montagneuse aussi !

    Bravo pour ton blog Lili, rares sont encore les blogs consacrés uniquement à une destination et la Chine est si vaste et si multiple que tu pourrais y consacrer une vie toute entière…

    A très bientôt ! 🙂

  2. Merci pour tes encouragements Marie-Ange!
    C’est clair que la Chine c’est plus en terme de continent qu’il faudrait en parler qu’en terme de pays… mais je ne te cache pas que l’envie d’aller voir ailleurs si j’y suis me démange… plus que jamais (j’en dirai plus à ce propos très vite)!

  3. « Nous ne sommes qu’interrogations mutuelles et sourires »… comme c’est joliment dit et ça reflète beaucoup d’interactions que l’on peut avoir avec des locaux dont on ne maîtrise pas nécessairement la langue.

    Et jolies photos en plus. Cela devait être un beau moment.

    NowMadNow

  4. Vraiment un super blog de voyageuse! des articles à lire sans ennui, une vision du monde et de ses habitants qui me réjouit, tant que des gens comme vous courront le monde, il y aura espoir que notre triste humanité progresse vers un meilleur futur. S’il vous plaît, ne devenez pas trader ou banquière!

Laisser un commentaire