Quels livres pour découvrir Taiwan? une petite bibliographie de voyage (1/2)
Jan 17, 2013 Art 8

Il existe peu de livres édités à propos de Taiwan en français.
Quand je prépare un voyage, si le temps me le permet, j’aime me plonger dans diverses lectures ou au moins choisir quelques livres que je prendrai dans mon sac, pour me donner les sous-titres de ce qui m’entourera.

LE  guide de voyages: Le Guide Vert Michelin Taiwan

guide_vert_michelin_taiwanC’est à vrai dire un des rares guides en français consacré entièrement à cette destination.
Et heureusement pour nous c’est un très bon guide.
Le Guide Vert Michelin propose historiques, informations pratiques pour tout budget (hôtels, restaurants et transports), sans oublier de très bonnes cartes et des descriptions fines et attractives des lieux à visiter.

Son gros avantage: de Tapei et sa région aux archipels du Détroit de Taïwan, entre musées et parcs nationaux, plages et arts traditionnels, sources d’eau chaude et spas…. il balaie toute l’île en détails.
J’ai vraiment pu construire mon voyage en me basant sur ses descriptions.

A vous procurer sans faute si vous partez à Taiwan et à garder sur le haut de votre sac !

***

Une bédé: Formose de Li-Chin Li

formose

Un regard sur la couverture et le ton est donné: cette bédé ne sera pas une balade fraîche et reposante dans les campagnes de Taiwan. L’auteure, qui vit aujourd’hui en France, revient sur son enfance et son éducation à Taiwan.
Un regard très engagé sur une période difficile dont on parle peu: l’histoire de Taiwan et particulièrement la dictature du Kuomintang, qui tiraille la petite fille entre culture familiale et doctrine officielle.
C’est donc un roman autobiographique où l’on voit l’auteure grandir, où l’on est témoin de sa volonté de devenir dessinatrice évoluer, et où on la voit finalement gagner son indépendance.

Formose-Page

Un très bon livre pour avoir un point de vue différent sur l’île, à lire avant ou après un voyage à Taiwan ou par simple curiosité. Un regard tendre, en colère et poétique à la fois!
(merci à Axel C., fidèle lecteur de ce blog pour la recommandation!)

Connaissez-vous ce guide ou cette bédé? votre avis m’intéresse!

8 comments on “Quels livres pour découvrir Taiwan? une petite bibliographie de voyage (1/2)

  1. Salut,
    En effet les guides Michelin sont souvent de très bonne qualité. Quant au Guide du routard, il sera dans la deuxième partie ou alors il n’existe pas pour Taïwan ou alors il ne vaut vraiment pas le coup?

  2. C’est bientôt mon anniversaire, la petite BD a l’air super sympa et drôle. Si tu veux me l’offrir, je ne dis pas non (#moderadin 🙂

    Cela me fait penser à la BD d’un francais qui a fait un séjour sur une ile japonaise Manabeshima de Florent Chavouet, toute en couleur et très jolie ! Tu connais ?

  3. @ aventure: le Guide du Routard n’existe pas sur cette destination, mais de toute manière, je ne lis jamais le Routard… Je préfère le Guide Vert, le Guide Evasion & le Lonely Planet…

    @ Piotr: tu serais pas trop loin de moi, je te le prêterai avec plaisir!
    Yes, Florent Chavouet, je connais, il a d’ailleurs un très beau blog: http://florentchavouet.blogspot.fr/ !

  4. Ca m’a l’air pas mal cette BD! Je vais essayer de me la procurer!
    Dans le même genre (BD autobiographique en Asie), il faut lire les excellents Shenzhen et Piong Yang de Guy Delisle.

  5. La photo de couverture du guide, on en est déjà parlé -t’en souviens-tu?-…, c’est marrant, car en fait c’est la seule et dernière culture qui ne soit pas de l’île et que la majorité des Taïwanais reconnaissent comme indépendante en quelque sorte, Lan yu, Orchid Isld, tellement elle est marginalisée et quasiment oubliée (voir des livres de photographies nombreux réalisés par un Suisse-allemend si je me souviens bien, il y a des décennies, qui voyait disparaitre irrémediablement les pourtours et le milieu de cette richesse, du temps où il y vécut). L’imagerie de cette très ancienne tribu est assez médiatisée ici, mais ne représentant pas et de loin en nombre les autres groupes aborigènes implantés durablement comme soit des plaines ou soit des montagnes, elle reste à part. Surtout d’un point de vue politique et social, se situant en dehors du Détroit de plus, accessible le plus souvent d’un des villes les plus isolées de l’est, elle peut difficilement illustrer Taïwan dans sa gobalité, mais dans sa diversité, pourquoi pas? (you he bu ke) ^^ Depuis qu’en reste-t-il…?

    Pour la bd, si des personnes lisent cela ou l’amène ici à TW, pourquoi pas justement, mais cela risque de leur causer malheureusement ou heureusement bien des désagréments (donc, bien à lire AU RETOUR, il y a de quoi ici sur le « question »…) encore aujourd’hui et qui plus est sous gouvernance du KMT actuel. Il n’y aura que très peu de place pour l’humour sur ce sujet éternellement sensible (qui peut faire référence à l’opinion qu’ont les Frçs sur le Japon de l’après-guerre, manque de ‘fair-play’ et de courage à faire à leur histoire contrairement à d’autres pays que nous connaissons comme nos voisins). J’en parlais il y a quelques heures avec une amie multi-linguistes près de TP autour d’un café à cette librairie peu connue de Tamsui (si connue), You He « BOOOK’e » ;-))): pas encore d’ « Ost-algie » en ROC… (est-ce que cela s’écrit comme cela?). Ce discours même si libérateur pour l’auteure ne manquera pas de faire un flop de rires très jaunes lu sur place, mais pour les ‘kamikazes’ du choc culturel: A ESSAYER :-)))) Deux trois commentaires, la mamie a l’air d’écouter du Japonais à longueur de journée et pas que du TW… Quand l’auteure dit lui répondre en « chinois », elle pose la question le TWais n’est-il pas aussi du chinois? Plus correct de dire mandarin (la langue nationale, guo yu, taiwan guo yu, etc), qui plus est ne s’est-elle pas vu rétorquer -pour revenir à mon premier point sans fin et dernièrement- par des aborigènes: non, DSL, le TWais c’est nous qui le parlons, nous sommes les premiers habitants de TW et vous, vous ne parlez qu’un dialecte de Chine issu du Min Nan Hua, etc. Ainsi tout le monde est d’acccord, en principe, pas dans la réalité…

    Lavage de cerveau éternel: c’est pointer ici l’une des raisons majeures de l’incompréhension première sur le peuple taïwanais, malheureusement pas que sa diversité, mais aussi complexité!!! A prendre avec des pincettes énormes voire à étudier en détails avec le plus grand sérieux (on le sait encore tous trop bien, l’humour est l’une des choses la plus difficile à traduire et transposer).

    Pour curieuse voyageuse, un rappel néanmoins de sa part indispensable de ce particularisme! Merci 😉

    PS: On a jamais rediscuté depuis votre retour par Shanghai, je crois, et j’étais persuadé que vous n’étiez pas allée dans le SUD, mais en fait je découvre qui SI! Jia le shui, si ce n’est pas le sud… Pour remonter au nord « par typhon », pas d’inquiétudes, il suffit de demander aux « routiers sympas » et à son pouce, ils n’arrêtent jamais le travail, et pour cause… eux sont aborigènes (99%) -le conseil qu’un TWais omettra-, K-Do mm post voyage… CQFD~ ^^

  6. Bonjour,
    Je prepare un voyage a Taiwan ou je suis invitee a un mariage !
    Je cherche un bon guide touristique. Le guide Micheline date de 2011 donc les informations de 2010. Est ce que cela vaut le coup d’investir? D’autres recommandations?
    Merci de votre reponse.
    🙂
    Anne

Laisser un commentaire