Parlez-vous shanghaien ?
Mai 03, 2011 La Chine au quotidien 16

Je suis sur les routes d’Asie d’avril à juillet ; ce billet a été écrit au mois de mars avant mon départ de Shanghai…

Toute personne non shanghaienne vivant à Shanghai, Laowai ou Chinois, réalise rapidement que maîtriser le mandarin ne suffit pas pour comprendre tout ce qui se dit dans les conversations locales, que ce soit dans la rue ou au bureau… une bonne part des échanges entre locaux se passant souvent en shanghaien.

Une langue à part entière…

 

Le dialecte parlé à Shanghai est une forme du Wu septentrionale, et c’est la forme la plus répandue au sein de ce groupe linguistique. Si on considère la langue Wu dans son ensemble, il faut noter qu’il est encore parlé dans une grande partie de la province du Zhejiang, le sud de la province du Jiangsu, ainsi que dans des petites parties des provinces de l’Anhui, du Jiangxi et du Fujian. En 1991, plus de 87 millions de locuteurs étaient recensés, plaçant cette langue comme la dixième langue parlée au monde ! A l’échelle de la Chine, même avec quatorze millions de personnes parlant le Shanghaien et près de cent millions parlant le Wu, on parle encore de dialecte !

Le shanghaien est donc une langue bien identifiée, et a seulement deux tons – haut et bas, à la différence du mandarin – quatre tons, et du cantonais – neuf tons…
A Shanghai peu d’étrangers sont capables de maîtriser le shanghaien, l’apprentissage du mandarin demandant à lui seul assez d’énergie pour occuper quelques années l’étudiant motivé – comme c’est par exemple mon cas… Mais la maitrise de quelques termes basiques de ce « dialecte » peut considérablement simplifier beaucoup de situations quotidiennes et épatera tout ami shanghaien.

Quelques mots de base

bonjour : nón hô
vous allez bien ?: Non-hôva? / ça va bien, merci Ngû mhehô, jâja.
au revoir : tzêwe
s’il te plaît : chîn / merci : jâja
désolé : têveqchi
celui-ci : êtzaq
ici : êtaq / là : êmitaq
quoi : sâ / combien?: Cîdi?
Oui : ê / non : véqzy, mmeq ou vio
Où sont les toilettes? : tsŷsuke leqla ralitaq?
je ne sais pas : tgû veq-xiôteq
anglais : inven / parlez-vous Anglais? : nón Ínven wêteq kân vá?
je t’aime : ngû ê-nón.

1 iq / 2 liân / 3 se / 4 sŷ / 5 nĝ / 6 loq / 7 chiq / 8 paq / 9 cioê / 10 zeq / 20 gniê / 30 sezeq / 40 sŷzeq / 100 iqpaq.

Tzêwe !

Vous voulez en savoir plus ? Wikipedia vous apportera des précisions.

16 comments on “Parlez-vous shanghaien ?

  1. Je suis stupéfait de voir que les langues locales sont si bien implantées ici et loin de disparaître comme c’est le cas chez nous.
    Par contre, j’ai vraiment du mal avec le shanghaien. Je trouve la langue particulièrement déplaisante à entendre, surtout que les Shanghaiens ont tendance à la parler en haussant le ton. Quand 2 Shanghaiens se mettent à discuter au bureau on a l’impression qu’ils sont en train de se crier dessus…
    Je me dis souvent que je devrais faire plus d’efforts pour pratiquer le chinois, mais je ne risque pas de me mettre au shanghaien !
    — Woods

  2. @ Woods: c est vrai que ca ne sonne pas particulierement joli… et encore moins quand on ne comprend pas (je ne comprends pas non plus…)

    @ patg: il faut le lire version francaise plutot, si tu cliques sur les liens en bas, tu auras plus de precisions…

  3. Notre prof d’histoire de la Chine nous parle plus du Mandarin mais elle a évoqué le cantonais et ses 9 tons « de la mort »comme elle aimait à l’appeler !

  4. Ouha je ne savais pas pour les 9 tons ! Moi qui galère déjà avec 4…
    J’avais fait les yeux ronds quand des Thais m’avaient dit que leur langue en comportait 5, alors 9 ! Truc de fou…
    Peut-être que le shanghaien est déplaisant à entendre, mais deux tons me conviendrais bien mieux 😉

  5. Bonjour, je m’apelle Namphone C. je suis loasienne et j’ai 13 ans. merci d’avoir visiter mon pays d’origine. Aurélie je voudrais savoir si nous avons des liens de parentés.

  6. Merci pour toutes ces infos, je pars en Chine dans deux semaines, je savais qu’il y avait plusieurs langues mais n’avais jamais entendu parler du Shangaien, mais l’apprendre comme vous le dites me parait difficile.

  7. @ Piotr: ouais le cantonias, c’est pire encore…
    @ Sandro: et a Taiwan, ils parlent avec combien de tons?
    @ Fabrice: je suis du cote de Pakse et des Bolavens, que de beautes… j’essaie d’en dire plus tres vite 🙂
    @ Namphone: contacte moi sur email hidden; JavaScript is required on en reparle…
    @ Fabien: ca vaut le coup d’apprendre quelques mots, ne serait-ce que pour les chauffeurs de taxi…

  8. Ben ils parlent mandarin donc 4 ( 5 si tu compte le .) donc comme Chine, sauf qu’en province 70% des Taïwanais par le …Taïwanais… Un langage qui ne s’écrit pas ! Bref, en faisant des recherches sur Wiki, on s’est aperçu qu’il comportait aussi 9 tons ! un truc de commun avec le Cantonais…

  9. Le shanghaïen a en somme deux tons et n’est pas trop éloigné du mandarin. Quand on ne connait pas le shanghaïen, on arrive à deviner le sujet de la conversation, ce qui n’est pas le cas avec des langues plus au sud dans les régions de Canton et du Fujian par exemple.
    Le problème pour apprendre le shanghaïen est des trouver des Shanghaïens car dans la vie quotidienne, on croise quand même beaucoup de non-shanghaïens. J’avais pendant une période adoptée la méthode du prof/chauffeur de taxi, ça permettait de rentabiliser la course et les chauffeurs sont tout contents quand on essaie de parler leur langue. Il existe de bons DVD pour apprendre les bases du shanghaïen, il faut comprendre le mandarin.

  10. Le taiwanais est assez proche du Cantonais phonetiquement. A taiwan, il y a aussi le rakanese, environ 10% de la population et qui ne parlent pas le taiwanais. Le taiwanais est un patois local qui n’est pas enseigne dans les ecoles de mandarin, il s’apprend a la maison avec papa, maman. A taipei, il y a le Mandarin center de Hsifan university qui fait juste une initiation (2h/semaine).
    Ce qui est interessant avec le chinois, c’est qu’il y a qu’un seul jeu de caracteres pour ecrire toutes les langues de la chine, donc si vous savez lire le mandarin, quand vous allez a canton, vous pouvez lire les journaux.

  11. personnellement, je trouve le Wu bian plus simple que le mandarin: les tons y sont plus simples: alors qu’en mandarin c’est limite crucial, en Wu, c’est plus un accent tonique et donc d’ une moindre importance, et les consonnes initiales sont clairement differenciees. j’ai deja essaye de lire du Pinyin, mais je n’ai jamais reussi a differencier x- et sh- ni z- c- q- et ch-, c’ est vachement galere, d’autent que contrairement au Wu (et au Francais), il n’ y a pas de consonnes voisees, donc b- et p-, d- et t- ou encore g- et k- sonnent pareil; ce qui n’est pas le cas en Wu.
    Autre facteur d’importance a mes yeux: Beijing est la reference linguistique en RPC, alors que Shanghai est la plus grande ville du pays. Aaaahhh, la preservation des traditions…
    bonne journee a tou(te)s

Laisser un commentaire