La Mongolie intérieure : entre steppes et déserts, un dépaysement total
Août 11, 2015 Voyages en Chine 16

Place aujourd’hui à une plume invitée…
« Je souhaite écrire un article sur la région autonome de la Mongolie intérieure et présenter la population mongole chinoise et leurs coutumes assez éloignées de celles que l’on connaît en Chine. J’aime cette région, la chaleur qu’elle nous apporte malgré le froid qui y règne, j’aime ces grands espaces très communs à la Mongolie et la relation que les nomades ont avec la nature. Je serai très honorée de pouvoir aborder ce sujet et faire découvrir cette magnifique région à vos lecteurs. »
Voici comment m’a abordé Charlène pour prendre place en ces colonnes… Je ne pouvais pas lui dire non !
Place donc à son récit, qui j’en suis sûre, vous donnera envie de découvrir cette contrée peu connue…

parc-naturel-mongolie-interieur

Aujourd’hui je souhaite vous parler d’une région peu commune de la Chine : la Mongolie Intérieure. Bien qu’elle soit la troisième plus grande province de Chine, la Mongolie Intérieure n’attise pas la curiosité de tous les voyageurs et pourtant !

Située au nord du pays, bordée des frontières russe et mongole, la Mongolie Intérieure est un vaste territoire jonché de montagnes, de prairie à perte de vue et de déserts. A ne pas confondre avec le pays, la Mongolie, la province en présente néanmoins de nombreuses similitudes. Terre natale du grand Gengis Khan, la région a préservé sa propre identité culturelle avec une population de nomades des plus hospitalières parlant majoritairement le mongol, des spécialités culinaires à base de viande de mouton et des paysages lunaires.

steppe-mongolie-interieure

Un voyage riche en découverte

Tous les voyages en Mongolie Intérieure se font généralement au départ de Hohhot, la capitale de la province. Bien que la ville ne présente pas de grands intérêts touristiques hormis le temple Dazhao, elle reste néanmoins un endroit sympa pour commencer à s’imprégner de la culture mongole et passer une agréable soirée avec les locaux. Attention cependant à ne pas oublier que les locaux ont l’habitude des alcools forts et surtout, qu’ils boivent beaucoup. Essayer de les suivre risque de vous causer un sacré mal de tête le lendemain. Je vous aurez prévenu !

De Hohhot vous pourrez planifier votre voyage ou trouver un guide pour partir sur les routes désertes à la découverte de cette province. Le train est le moyen de transport le plus pratique pour traverser les longues distances qui séparent les villes.

Partez ainsi à la découverte des nomades dans les steppes et profitez de leur légendaire hospitalité pour passer la nuit en yourte chez l’habitant. A la nuit tombée, rien n’est plus agréable que de se poser dehors et observer un ciel étoilé comme vous ne l’avez jamais vu. Malgré la fraicheur de la nuit qui vous prendra, le spectacle est tel que vous ne pourrez décrocher les yeux du ciel.

La région est tellement vaste et diversifiée qu’en quelques jours, il est possible de passer des grandes prairies verdoyantes de Huitengxile au grand désert de Gobi en passant par les lacs et forêts du parc national d’Arxan. En 4×4, à cheval ou même à dos de chameau, la Mongolie Intérieure est si variée qu’on l’on pourrait croire à la traversée de plusieurs pays.

Sur les routes, des monuments historiques, temples ou petits villages permettent de faire des arrêts et revenir à la vie réelle que l’on a tendance à oublier lorsque l’on parcourt ses grandes étendues dépourvues de vie humaine.

yourte-mongolie-interieure

Une population accueillante et généreuse

Encore peu touristique, la Mongolie Intérieure a su préserver son authenticité (en dehors de Hohhot) et sa population majoritairement mongole reste encore peu habituée à la visite d’occidentaux.

Les locaux ont hérité de la gentillesse connue des mongols et accueillent les rares touristes avec une telle générosité que ça en devient très touchant. Nomades et bergers seront ravis de vous accueillir sous leur yourte et vous faire déguster leur bon thé salé au lait et leur fromage de yack. Certains vous emmèneront voir fièrement leur troupeau et vous feront participer à la traite des femelles tandis que d’autres seront ravis de vous faire participer à des séances de tir à l’arc ou même de vous défier à la lutte mongole. En dépit du froid qui peut frapper la région, leur sourire réchauffe les cœurs et le temps en leur compagnie défile si vite que vous n’aurez même pas remarqué la nuit tombée.

Quelques camps de yourtes sont spécialement aménagés pour les touristes mais gardent tout de même leur côté authentique et promettent des nuits pour le moins originales.

Malgré leurs maigres ressources, ces locaux sont prêts à vous offrir le repas et un lit pour la nuit sans rien demander en retour. En leur compagnie, on retrouve très vite foi en l’espèce humaine que l’on a tendance à trop souvent oublier.

traite-mongolie-interieure

La Mongolie Intérieure hors saison

Pour profiter pleinement des richesses de cette province autonome, je vous conseillerai de partir en Mongolie Intérieure hors des saisons touristiques.

Le doux printemps et l’été chaud attirent davantage de visiteurs qui ne préfèrent pas se risquer dans les températures extrêmes de l’hiver. L’automne est pour moi la saison parfaite pour apprécier les paysages aux couleurs vives. Les steppes sont, à cette époque, d’un vert fabuleux, les forêts arborent des couleurs orangées se reflétant sur les lacs, la cime des montagnes commence petit à petit à s’enneiger offrant des panoramas splendides.

Les journées sont douces et généralement ensoleillées mais les nuits sont souvent très froides avec un ciel dégagé vous laissant la chance d’admirer les étoiles. On a parfois l’impression que le temps s’est arrêté sur ces terres désertes.

A l’automne, vous pourrez plus facilement profiter des lieux qui d’habitude sont convoités par les touristes comme par exemple les gorges du sable chantant (désert de Kubuqi où l’on peut entendre « chanter » les dunes de sable) ou le Mausolée de Gengis Khan.

Pour visiter la Mongolie Intérieure il faut du temps : du temps pour ne pas se presser, du temps pour se perdre dans les steppes, pour se tromper de train et pour profiter des imprévus. Si le temps vous manque, il est préférable de prendre un guide avec qui vous aurez établi un itinéraire. Dans les deux cas, le voyage sera riche en rencontres et en images.

Un séjour en Mongolie Intérieure vous plonge dans un autre monde, dans une autre Chine et vous promet une grande aventure unique et inoubliable.

Un immense merci à Charlène pour sa participation !
Vous pouvez la retrouver sur son blog :
Voyage en Chine

prairie-mongolie-interieure

autonme-mongolie-interieure

16 comments on “La Mongolie intérieure : entre steppes et déserts, un dépaysement total

  1. Bigre, j’avais déjà une bonne idée en stock pour un prochain voyage en Chine, et voilà qu’une nouvelle idée fait son apparition. Vraiment, on n’a pas une vie facile 😉 Une région où il faut du temps ? Je crois que c’est le meilleur argument qu’il était possible de trouver pour éveiller ma curiosité 🙂

    1. Aaaah, ravie d’avoir semé une nouvelle idée !
      « Une région où il faut du temps »… Tu m’as fait rire… J’ajouterais que t’intéresse potentiellement une région où l’on ne comprend rien, que l’on a du mal à situer sur une carte, et dont personne ne parle en général… et voilà un Laurent tout aux aguets 😀

  2. Dire que je suis derrière un ordinateur en pleine chaleur et que je découvre ça !! Il me tarde de pouvoir voir ça de mes yeux 🙂
    En effet j’envisage de partir visiter la Mongolie l’an prochain, donc pour me conseiller, s’il y avait UNE SEULE CHOSE à faire, à ne pas louper, ça serait quoi ?

  3. Bonjour,
    Merci pour les recommandations !
    Nous avons pour objectif de partir la semaine prochaine à hohhot afin de faire un tour dans le désert de la Mongolie intérieur ! As tu des adresses ou des contacts à nous proposer?
    Merci beaucoup

  4. J’en rêve! En ce moment je suis dans ma période « Chine » avec l’apprentissage de la langue et tout et tout, mais d’ici 2-3 ans après avoir exploré le pays comme il se doit, je ferais surement un tour en Mongolie! Niveau « grands espaces », ca doit être inégalable!

Laisser un commentaire