Lecture* Journal d’un écrivain en pyjama, par Dany Laferrière
Juin 16, 2015 Art 2

Vous savez à quel point j’aime la plume de Dany Laferrière (voyez donc ma critique sur L’énigme du retour ou sur Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit, si vous n’avez pas suivi).
Et bien je suis une nouvelle fois sous son charme…

Portrait de Dany Laferrière (c) Miguel Medina

Couverture de Journal d'un écrivain en pyjama de Dany LaferrièreJournal d’un écrivain en pyjama: derrière ce titre, à nouveau original, se cachent les confidences d’un auteur confirmé à un jeune écrivain.
Dany Laferrière propose 182 leçons – conseils – anecdotes, où il puise dans ses trente ans d’expérience personnelle pour guider le candidat à l’écriture.

Avec humour, poésie et justesse, il nous emmène dans son univers, pour connaître l’envers du décor d’un livre. Que vous souhaitiez prendre la plume ou non, car la lecture y a presqu’autant de place que l’écriture, ce texte est totalement savoureux et les 182 chapitres se picorent avec un immense plaisir.

Morceaux choisis…

Je vous cite ici quelques extraits choisis de Journal d’un écrivain en pyjama
Je vous prie de noter que la liste aurait pu être beaucoup plus longue encore !

Me voilà, avec pour toute fortune au fond de ma poche, les vingt-six lettres de l’alphabet. De phrases en paragraphes, de paragraphes en chapitres, pour former cette montagne sous laquelle s’agitent des sensations, des impressions, des émotions.

C’est en lisant qu’on apprend à écrire. Les bons livres forment le goût. Nos sens sont alors bien aiguisés. On sait quand une phrase sonne juste parce qu’on en a lu souvent de bonnes. Le rythme et la musique finissent par courir dans nos veines.

La vraie poésie est invisible. Elle naît du désir du lecteur de continuer la lecture quand aucun élément de suspens ne le contraint à le faire. Il arrive que la poésie se loge dans cette énergie qui traverse un récit.

L’habitude exerce la plus forte influence sur nous, et on gagne à travailler avec elle plutôt que contre elle.

On écrit le plus près de soi pos­sible, et c’est ce qui nous rapproche le plus des autres.

Évitez d’écrire en nouveau riche qui veut étaler tout ce qu’il sait. Il faut permettre au lecteur de découvrir qui on est. Et c’est par le style que cela est possible. Moins vous faites de littérature, plus vous êtes dans l’écriture.

Proust (dans Sur la lecture) raconte que le temps passé à lire n’est pas hors de la vie. Ce sont les moments les plus mémorables de l’enfance. Ne jamais oublier que le coeur de l’affaire c’est le plaisir.

Dans ce monde bavard l’écriture permet de plonger en soi jusqu’à ramener à la surface le chant intérieur.

L’écriture est un dieu jaloux qui veut votre passion exclusive.

On se cherche sans cesse au début, jusqu’à ce qu’on comprenne que c’est une perte de temps, car la vraie matière littérature ce n’est pas l’auteur mais la première personne qu’il croise dans la rue.

Lorsque vous êtes pris de découragement devant l’impression que tout a été écrit, il faut vous dire que tout n’a pas été lu, surtout le livre que vous êtes en train d’écrire.

Le plus beau pour la fin ? cette citation étant extraite des toutes dernières pages du livre…

(Je cherche) simplement à retrouver cet esprit conquérant qui remonte à la plus haute enfance et qui me permettait de dialoguer d’égal à égal avec les cheveaux et les oiseaux, de tenir tête aux fourmis entêtées ou de ne pas rougir devant la beauté frémissante d’une fleur. Je ne rentre travailler que si je me sens proche d’une pareille grâce. Je rêve alors que le mot pluie se change en pluie ou que le mot papillon s’envole, dans un doux froissement, de la feuille de papier sur lequel il était épinglé.

Dany Laferrière en vidéo

Pour terminer, voici deux vidéos de Dany Laferrière présentant lui-même Journal d’un écrivain en pyjama, un pur plaisir !

Si vous l’avez lu, que pensez-vous de ce livre ?
Et si vous ne l’avez pas lu, avez-vous désormais envie de le faire ?
Dites moi tout dans les commentaires !

Pour acheter ce livre

2 comments on “Lecture* Journal d’un écrivain en pyjama, par Dany Laferrière

Laisser un commentaire