Le matin où des Bushmen de Namibie se sont fichus de moi…
Nov 14, 2016 Namibie 12

Le jour du départ est déjà là, une dernière activité figure au programme : « Rencontre avec des Bushmen ».
Je crains une visite touristico-déprimante… et il n’en sera rien.

namibie186-bushmen

La scène se passe dans le désert du Kalahari. Nos quatre guides d’un moment sont des employés de l’hôtel, qui présentent leurs traditions, anciennes ou toujours d’actualité, aux touristes de passage. Un autre guide sert d’interprète, les Bushmen ne parlant que leur langue, la langue à clic ainsi qu’un peu d’afrikaner.

Utilisation traditionnelle des plantes, conservation de l’eau, techniques de chasse, danse : ils miment pour nous des scènettes tout en les commentant. Ce pourrait être aussi déprimant que le « village » himba visité quelques jours plus tôt, mais c’est sans compter sur le réel talent d’acteurs de ces Bushmen. Certains détails ne pourront être ici narrés car je risque de tomber dans un humour proche de la scatologie, mais nous rions de bon cœur ce matin là. Et ce « nous » inclut les touristes que nous sommes, le guide-interprète de l’hôtel et les Bushmen eux-mêmes…

namibie187-bushmen

Je demande ensuite à nos quatre guides Bushmen si je peux enregistrer leur langue à clic, si mystérieuse pour moi.
« Parlez simplement de ce que vous voulez » leur dis-je.
Ils se prêtent à l’exercice et se mettent bientôt à rire. Je suppose que ma demande leur paraît incongrue. Qu’importe les sons clic m’impressionnent tant… Aux antipodes de toute langue qui m’est familière.
L’interprète ne veut pas traduire leurs quelques paroles. Les Bushmen demandent à réécouter le son et rigolent d’autant plus…

Nos chemins se séparent bientôt : « Avez-vous une dernière question à leur poser ? ». Personne ne répond, et je trouve dommage de ne pas profiter d’un tel moment d’échange. « Peut-on savoir leur âge ? » demandé-je. L’interprète me répond « Tu viens de tomber dans ton propre piège ».
Il ne croit pas si bien dire : c’est à moi de deviner leur âge, mon cher et tendre m’étant heureusement d’une grande aide… mais le piège se referme sur moi quand les Bushmen à leur tour tentent de deviner mon âge et que l’un d’eux me donne… six années de plus ! Cela les fait bien rire à nouveau… Le piètre estimateur mime qu’il se tranche la gorge – en effet je suis (un peu) vexée…

Déjà nos chemins doivent se séparer.
J’insiste auprès de notre interprète : qu’ont dit les Bushmen quand j’ai enregistré leur langue ? « Qu’ils sont bien rigolos ces Blancs, avec leurs demandes bizarres : qu’est-ce qu’ils peuvent faire avec cet enregistrement ? »
Et c’est alors que je réalise que ces charmants Bushmen se sont fichus de moi à deux reprises en moins d’une heure… c’est peut-être ça un échange spontané, un échange qui loin d’être touristico-déprimant !

C’est peu ou prou la dernière image que je garderai de mes deux semaines en Namibie…
Deux semaines de découverte : des paysages splendides, des animaux majestueux, des gens si éloignés de nous, un guide attentionné… Ce voyage organisé a été un enchaînement de purs moments de bonheur…

Cet article clôt le récit de mes extraordinaires deux semaines de voyage en Namibie…
A nouveau, un immense merci aux équipes de Nouvelles Frontières qui ont rendu ce voyage possible !
Retrouvez derrière ce lien l’ensemble de mes récits de voyage en Namibie.

Et bien sûr, n’hésitez pas à me poser toutes les questions que vous souhaitez sur les Bushmen particuliers ou sur ce superbe voyage en général !

12 comments on “Le matin où des Bushmen de Namibie se sont fichus de moi…

  1. Merci de ce bel article ! Tu retranscrits si bien ce que j’avais pensé de ce moment. Tu as raison, quels acteurs ! On sent qu’ils s’amusent de cette performance. merci de l’enregistrement. Je les avais filmé mais ce jour là, le vent avait empêché toute prise de son correcte !

  2. J’aimerais beaucoup rencontrer ce peuple ! en tout cas ils ont l’air de gens sympathiques avec beaucoup d’humour (à nos dépends mais c’est pas grave lol).
    J’ai déjà vu des reportages à la télé où ils parlaient cette langue particulière, tu ne devais pas être la 1ere à vouloir les enregistrer. C’était une bonne idée en tout cas, qui sait si dans 100 ans cette langue existera encore…

  3. Je découvre avec bonheur ton blog, et j’adore cette histoire – les Bushmen qui, loin de recevoir le touriste avec docilité, sont moqueurs, joueurs, et se fichent gentiment de toi ! J’adore aussi cet enregistrement, écouter leur langue si différente de tout ce que nous connaissons. Petite anecdote : quand j’étais petite, j’étais fascinée par un film dont j’ai oublié le nom, l’histoire d’une canette de coca tombée d’un avion au milieu d’un village Bushmen, et qui conduit l’un d’eux à une véritable odyssée. J’associe ce peuple que je ne connais pas à ce souvenir d’une fascination enfantine !

    1. Bonjour Alexandra, sois la bienvenue sur ce blog, et bonnes lectures à toi !
      Merci pour tes compliments sur cet article 🙂
      Et le film en question est « Les Dieux sont tombés sur la tête », joué par des Bushmen justement… Je ne l’ai pas vu, mais je dois remédier à cela rapidement !

  4. Quelle bonne idée de les avoir enregistré. Cela peut sembler absurde, mais pourtant des langues meurent bien trop régulièrement. Et tu me fais penser au mur des langues au musée de l’homme, je n’ai pas pensé à chercher une langue à clic pour les faire découvrir à ma fille.

  5. Connais tu réellement leur façon de vivre ? Sais tu qu’ils sont chassés de leur terre ancestrale pour que les riches de ce monde puissent se servir (en diamants, entre autres) en toute impunité ? Sais tu aussi que leurs familles sont massacrées dès lors qu’ils chassent pour se nourrir ? Qu’ils brûlent leurs maisons, qu’ils détruisent leurs puits afin qu’ils ne puissent boire ? Ce qui se passe la bas est un enfer mais les hôtels et autres circuits par lesquels vous passez pour leur rendre visite cautionnent ces choses la !!! Je suis choquée de voir tous ces touristes aller à leur rencontre sans même se poser les bonnes questions. En donnant de l’argent à ceux qui vous font « visiter » vous êtes complices de ce massacre. Vous trouvez normal de se rendre à des safaris humains ? Pas moi.

    1. Bonjour,
      si vous lisez quelques articles de mon blog, vous saurez que les safaris humains ne peuvent pas faire partie de ce que j’apprécie.
      Je ne connais pas précisément la façon de vivre des Bushmen ou leur histoire en détail, et je n’ai rien prétendu de tel.
      Je partage ici une expérience précise, où un réel échange m’a paru avoir eu lieu. Peut-être me suis-je trompée en effet, mais je ne le crois pas.
      Cordialement.

Laisser un commentaire