Doutes…
Août 20, 2009 La Chine au quotidien 9

Je vis en Chine depuis près de trois mois, et je me sens déstabilisée vis à vis de ce que je ressens pour ce pays.

Ce sentiment bizarre est né de plusieurs éléments. Depuis que je suis ici, je n’ai pu que remarquer à quel point la plupart des Chinois sont peu concernés par la valeur de la vie humaine. Même pour des personnes éduquées et ouvertes, l’unité et l’harmonie de la nation sont dans l’absolu plus importantes que la vie humaine. Avec le fameux argument, pourtant si démagogique, entendu tel quel « de toute façon, on est trop nombreux ».

Je vois aussi au quotidien des scènes d’une indifférence vraiment difficile, où chacun est d’un égoïsme forcené… Peut-être est-ce dû au manque de solidarité et d’humanité qu’une ville de campagne en forte croissance comme Changzhou implique?!

Au cours de mes rencontres, je vois aussi à quel point beaucoup de Chinois peuvent être formatés. Ils défendent des idées que la propagande leur a fait devenir leurs. Et l’absence d’esprit critique est tellement présente…

Je pense que je ressens aussi le contre-coup inattendu de mon voyage au Japon. C’était ma première en Asie hors de Chine, et, j’ai vu qu’en Asie aussi, on pouvait ne pas se sentir agressé par l’environnement quotidien… Je ressens depuis ce voyage que la Chine est vraiment un pays en développement, à bien des niveaux. Sans parler de politique bien sûr…

Ce que j’écris là me questionne fortement. Car je me demande comment laisser ça de côté pour apprécier ce que j’aime chez les Chinois. Leur spontanéité, leur optimisme, leur bonne humeur, leur convivialité, et bien d’autres choses encore…
J’ai perdu des illusions, et j’ai maintenant du mal à faire abstraction de ces réalités. Bien sûr, je trouve ça mieux d’être bousculée, de remettre en question mon regard d’Occidentale, mes convictions d’avant mon départ, et d’ouvrir les yeux tout simplement. Mais pour laisser place à quoi?

Comme me l’a suggéré un proche, on peut ne pas aimer la Chine, ou même la détester, « en bloc ». C’est peut-être l’apprentissage d’une appréciation plus fine et plus subtile que j’expérimente…

J’espère que le ton de mon billet ne vous choque pas; je serai très heureuse d’avoir vos avis à ce propos!

*****

Mise à jour du 24 août:

J’arrive heureusement à laisser ces doutes dans un coin de ma tête et continue à apprécier la compagnie des Chinois et ma vie ici. Avec ces remises en questions, je sens que mon regard n’est que plus large, j’espère que je porterai bientôt un juste regard sur ce pays si complexe !

9 comments on “Doutes…

  1. Quand on voyage, c’est comme si on faisait une grande lessive de ses certitudes. On peut le faire à travers différentes manières de voyager. Mais le retour est toujours difficile parce qu’on n’est jamais pareil qu’avant. On a changé.
    La Chine vit des bouleversements successifs depuis des décenies, avec une chappe de plomb comme couvercle pour que ça n’explose pas. Alors, notre idée de l’humanisme, si tant est qu’on la mette en pratique dans nos vies occidentales, (parce que le maltraitements des roms et autres étrangers, l’indifférence face aux sans abris, aux licenciements des autres, l’état des prisons, le traitement des malades psy, on n’a pas trop de leçon à donner. ). Donc la Chine bouge tout le temps et ça doit être difficile de garder un équilibre dans ces conditions là. Comment ne pas tout recentrer sur soi et sa famille ?
    Tout le monde en Occident est prêt à défendre le Tibet, mais que sait-on du Tibet, ces religieux qui nous émeuvent tant, il fut un temps où ils détenaient le pouvoir et les pauvres tibétains vivaient sous leur domination. C’est tellement compliqué la vie d’un terrien qui tend vers plus d’humanité….

    1. Merci pour votre réponse Channe. Je partage votre point de vue, on doit faire preuve d’humilité.
      Et il est vrai que la Chine vit de telles mutations, qu’on ne peut pas savoir comment on réagirait si on vivait la vie des Chinois…

  2. bravo pour ce trés beau blog !
    On a eu la chance d’effectuer un voyage en Chine récemment avec notamment un passage dans les minorités au pays des Dong , un trés beau moment ! Plaisir de revoir des photos de ces régions.
    la Chine donne envie d’être découverte , impression de ne faire qu’effleurer cette civilasition si riche..
    Et des doutes , des questions qu’on ressent trés vite …alors , je suppose qu’en y vivant cela doit être encore plus le cas…

    mais ..envie d’y revenir !!!

    Merci pour le blog !

  3. Merci pour vos encouragements Alain!
    La découverte de la Chine passe aussi par des remises en question, c’est vraiment ce que j’expérimente. Mais finalement ça n’en rend le voyage que plus riche !

  4. Merci de la réponse !
    Question technique : quelle plateforme de blogs utitlisez vous pour votre blog? est elle facile d’utilisation pour un néophyte ??!

  5. J’utilise wordpress.org.
    Au départ, j’utilisai wordpress.com qui propose hébergement + plate-forme technique. Mais cet hébergeur est censuré en Chine. Je suis donc chez un autre hébergeur et ai gardé la plate-forme wordpress.org (qui propose plus d’outils et plus de possibilités d’adaptation si vous avez un autre hébergeur).
    Wordpress.com est super simple pour un néophyte, je l’étais moi même il y a quelques mois ! Si vous passez chez votre propre hébergeur, cela peut se compliquer un peu – dans mon cas, je n’ai pas eu le choix, censure oblige !

  6. Je viens de lire deux ouvrages sur la chine à l’époque de la révolution culturelle ; Les Cygnes Sauvages de Jung Chang et Passagères du Silence de fabienne Verdier.
    D’emblée en découvrant les premières pages le lecteur rentre dans un autre monde, auquel nous n’avons pour notre génération eus aucun regard à l’époque. Dans Les Cygnes Sauvages Jung Chang nous décrit une période communiste qui aurait put être un rêve si la mégalomanie d’un homme, le grand Mao, n’avait entrainé sont peuple dans un incroyable destin funeste. La fidélité d’une population endoctrinée depuis cette période nous laisse nous interroger sur les comportements actuels des chinois. Qu’adviendra t’il de la nouvelle génération de chinois dés quelle sera libéré du carcan politique actuel. Ne sommes-nous pas aveugles et capables de reproduire différemment bien sur les erreurs du passé. L’histoire est un éternel recommencement et il serait utopique d’imaginer changer le cours de l’histoire par de beaux sentiments. Nous avons construits nous-mêmes notre confort illusoire au détriment de plus de 80% des peuples de la planète et nous voudrions aujourd’hui leurs donner des leçons pour ne pas reproduire nos soi-distantes erreurs.
    De même dans la Passagère du Silence Fabienne Verdier nous donne une leçon d’humilité en s’intégrant complètement dans la chine révolutionnaire. Par son abnégation de sa vie occidentale elle nous plonge dans un univers parfois à la limite du soutenable pour enfin réaliser son rêve et trouver sa voie intérieure. Elle fuit la chine à son plus grand regret, expulsée par la révolution et y retourne deux ans plus tard pour représenter la France à son grand désarroi et ne parviens pas à trouver ses marques dans « politique » Comment alors que cet auteur qui parle chinois couramment et plusieurs dialectes rencontre des problèmes pour établir son art dans ce pays, pourrions imaginer changer le cours des choses.
    Nous ne pouvons êtres que spectateurs d’une page d’histoire en direct en imaginent tous les scénarios possibles pour l’épilogue, en faisant preuve de compassion pour tous ces peuples et en apportant quant faire ce peut notre aide modeste afin de mieux comprendre leur culture sans essayer de leur inculquer la notre.
    Salut ma fille.

  7. Nouvelle blogueuse moi-même, bravo pour le vôtre ; toutes ces questions que vous posez sont authentiques et sincères. Mon intérêt pour la Chine est né avec la pratique du tai Chi, puis des visites de type touristique, culturel, trois semaines à chaque fois. Pour approfondir et trouver des pistes de réponse aux mêmes questions, je passe un an en Chine où j’enseigne le français dans une Université : cela me met en contact avec les « 20 ans » et je comprendrai mieux leurs attentes actuelles, leur position par rapport au passé lointain et plus proche. Ma première impression et que les « valeurs anciennes » sont très prégnantes, pas forcément négatives d’ailleurs, mais que l’Histoire avec un H n’est pas leur fort ; dans les quelques échanges que j’ai pu avoir pour l’instant les étudiants sont surpris que je m’intéresse aussi à la Chine ancienne, aux Arts Martiaux, à la littérature Mais ce n’est que le début de mes découvertes et je ne souhaite pas déclarer une opinion arrêtée.

    1. Bienvenu chez Vues de Chine!
      Vous avez tout à fait raison, la découverte d’un pays comme la Chine nécessite beaucoup de temps pour qui veut se faire un avis fondé. N’hésitez pas à venir partager votre opinion une fois que votre expérience sera un peu plus avancée…

Laisser un commentaire