28 jours
Avr 24, 2020 FranceMali 4

28 jours

Cette histoire commence avec trop d’espoirs,
Elle sait déjà, elle ne peut plus y croire.
Le miroir aux alouettes a révélé ses pirouettes.

Il y a si longtemps, le départ du Mali, l’espoir d’une autre vie,
Des années pour essayer, pour s’adapter.
Un jour on arrête les efforts, ils nous font trop de tort.

Drame, le mari trop tôt parti, à jamais un ventre sans fruit.
Sans boussole, une vie levée aux aurores,
Le rêve brisé s’échoue Gare du Nord.

Ici, pour tout royaume quelques mètres carrés emplis d’objets usés, de souvenirs désuets
Sa maison bâtie pour d’autres là-bas, jamais elle ne l’habitera.
Ici, ce qu’aucun blanc-bec ne veut plus faire : du labeur à toute heure,  
Et partout, de tout, de l’autre, la peur.
Les amours, les amis ?
C’est fini.
Sa vie sociale ? Deux sœurs, des neveux – qui, comme elle, triment en attendant de devenir vieux.

Là-bas, partir 28 jours chaque été,
Hirondelle de cadeaux toujours chargée.
28 jours où flambe une année de douleurs, d’économie,
28 jours pour entretenir l’illusion d’une vie réussie.

Et déjà le retour vers le Nord.
Sans boussole, une vie levée aux aurores, le rêve brisé s’échoue Gare du Nord.

Le confinement aurait tendance à me donner envie d’écrire uniquement par le prisme de cette expérience aussi inédite qu’étrange… Pourtant, aujourd’hui j’ai repris la plume avec l’envie de me décentrer de ma vie confinée, même si cet exercice ne me paraissait point acquis d’avance.
J’ai donc tenté l’expérience : peindre en quelques mots le portrait d’une personne étrangère à ces instants confinés.
J’espère que le résultat vous aura plu – comme toujours, n’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires!

4 comments on “28 jours

Laisser un commentaire