(Re)venir du Mali
Mar 05, 2017 Mali 6

Me voici de retour du Mali, de retour de mon second voyage dans mon autre chez-moi – vous pourrez lire cet article sur ma bi-nationalité pour comprendre la justesse de ces trois derniers mots…

bamako5

Finalement, comme lors de mon précédent et premier voyage, je me suis laissée envahir par le présent et n’ai pas tant écrit que cela sur place. Le temps ne m’a pas manqué pourtant, je suis restée 16 jours à Bamako où heures creuses et siestes étaient nombreuses. Comme la dernière fois, j’ai préféré savourer le moment présent, me laisser gagner par la langueur de vivre imposée par les heures brûlantes des après-midis. Et savourer surtout les bons moments avec nos proches, familles ou amis, trop lointains la plupart du temps.

Qu’ai-je fait pendant ses seize belles journées ?
D’abord je me suis ré-acclimatée. Je sortais d’un épisode de maladie long et difficile – une mauvaise otite, un tympan percé et trois semaines où mon corps ne répondait plus à l’appel – et des températures négatives de l’hiver parisien. Au Mali, c’était le début de la saison chaude et il a fait entre 32 et 38 degrés tous les après-midis. La ré-acclimatation du corps donc.
Je me suis aussi ré-acclimatée spirituellement. Là s’est produit une belle surprise. Nous venons de débarquer de notre vol et de nous installer dans le salon familial, il est 2h du matin en ce samedi de notre arrivée, et, alors que je ne m’y attendais pas, je me suis sentie chez moi. J’ai eu l’impression d’avoir quitté la maison familiale la veille, alors que mon séjour à Bamako datait de treize mois. Quel bon sentiment. Et sentiment plus agréable encore quand j’ai vu qu’il était partagé par mon cher et tendre bien sûr, mais aussi par Fils, du haut de ses 23 mois. En plein décalage climatique et réveillé en pleine nuit, il n’a pas bronché mais au contraire gambadait gaiement au milieu de la famille entre 2 et 3 heures du matin…

bamako2

Toutes les photos de l’article sont celles de la famille, prises à la maison…

Une fois cet épisode de ré-acclimatation passé, mon programme malien pourrait se résumer ainsi : partager des moments gais et chaleureux avec la famille (frère, sœurs et maman en tête) et les amis, se délecter de plats et de thés maliens, organiser nos sorties nocturnes, profiter de ces dernières, et danser, beaucoup.
Danser, j’y reviendrai, car je me suis vraiment fait-plaisir-amusée-éclatée-épanouie-dépassée (et plus encore) dans l’apprentissage et la pratique de la danse. Je vous laisse avec ces trop courtes lignes, mais soyez-en assuré, récit, photos et vidéos arriveront à ce propos !

Point de tourisme pour ce voyage, le Mali n’étant pas encore assez stable pour me donner envie de tracer ma route hors de la capitale. Mais énormément de rencontres, de discussions, de taquineries, de complicité…
Amis bamakois, famille malienne, vous me manquez tant, déjà…
C’est certain une partie de mon cœur, de mon âme et de mon être sont définitivement liés à Bamako…

bamako

bamako17

bamako11

bamako7

Les mains de la grand-mère…

Et pour terminer en musique, je vous invite à découvrir ces sons qui me hantent depuis mon retour, l’excellent « teasing » de l’album LAMOMALI de M

6 comments on “(Re)venir du Mali

  1. Merci Aurélie de votre petit mot et de ce nouveau message qui me rappelle les moments passés avec des amis maliens . J’y allais toujours à cette même époque. En voyant vos photos et vos commentaires, tout me revient, ces après midi chauds auxquels on est pas habitué. Les moments passés dans les cours intérieures autour d’un thé. Ces gens toujours superbement habillés malgré la chaleur et la poussière. J’ai toujours été étonné par les enseignants qui revenaient l’après midi avec une nouvelle chemise blanche impeccable, propre et repassée quand on sait dans quelles conditions, les femmes doivent les entretenir du moins dans la banlieue pauvre où était l’école où je passais la plupart de mon temps. J’attends avec impatience vos autres message. Amitié. Nicole.

    1. Merci pour ce mot Nicole.
      Ravie de lire que mes lignes vous parlent à nouveau !
      Et oui, les Maliennes et les Maliens sont toujours très bien apprêtés, quels que soient leurs moyens…
      A bientôt !

  2. Bonjour Aurélie,
    Merci pour le partage de cette expérience malienne.
    Je n essais pas si tu te souviens, nous avions déjà communiqué l’an dernier alors que je m’apprêtais à donner naissance à ma petite princesse franco- malienne. Nous avions évoqué l’idée de nous rencontrer, mon cher et tendre serait également ravi. Bon retour à Paris et à bientôt j’espère.
    Amitiés, Amélie.

Laisser un commentaire