LAMOMALI de -M-, ou la belle rencontre des cultures malienne et française…
Août 28, 2017 ArtMali 6

Amis lecteurs, si vous me lisez depuis quelques temps, vous savez que mon coeur tout comme mon identité officielle sont à moitié maliens, depuis que mon cher et tendre est entré dans ma vie, et plus encore depuis que Fils a vu le jour.
La question de la double identité et de la double culture occupe une partie de mes pensées pour longtemps encore. Il y a quelques mois, en janvier 2017, alors que l’artiste n’avait mis en ligne que le « teaser » de son album, j’ai senti que la double culture franco-malienne allait s’illustrer avec beauté dans l’album LAMOMALI de -M-.
Je ne m’étais pas trompée…

LAMOMALI est l’album retraçant l’aventure malienne de Matthieu Chedid. Il a créé cet album avec Toumani Diabaté et Sidiki Diabaté, musiciens maliens, où le père est considéré comme le plus grand joueur de kora du Mali et le fils est un des artistes actuels les plus connus au Mali. Une aventure malienne, basée sur l’échange, la confiance et la co-création. Dans les nombreuses interviews qu’ils ont données, les trois artistes parlent de la bonne humeur et la légèreté avec laquelle ils ont créé cet album.
LAMOMALI est à mes yeux une parfaite rencontre entre les cultures française et malienne : -M- a su tirer le meilleur des deux traditions musicales pour créer un album neuf et inédit. Dans un album débordant d’humanité, -M- a su sublimer la kora de Toumani et pousser Sidiki hors de ses retranchements, lui qui fait parfois de la pop un peu mielleuse – je vous invite à écouter son tube Fais moi confiance pour vous faire une idée de ce que j’entends par là.
Matthieu Chedid l’explique modestement en ces termes :

J’ai planté la graine et je l’ai regardé pousser puis éclore, pour qu’en naisse un univers africain extraordinaire et multicolore. Un monde universel.

Depuis que l’album est sorti, en avril 2017, j’écoute en boucle ses onze morceaux. Je ne m’en suis pas lassée une seule seconde. Au contraire, LAMOMALI est l’incarnation musicale de la mixité de mes deux cultures
Cet album est une source d’inspiration: peut-être un jour arriverai-je à mon tour à incarner ainsi ces deux cultures par l’écriture ?

J’ai eu la chance de voir LAMOMALI en juin 2017, lors d’un concert à la superbe salle Pleyel. Ce fut une soirée intense, unique et emplie d’émotions. De nombreux artistes, aussi talentueux les uns que les autres étaient présents sur scène : Matthieu Chedid, Toumani Diabaté et Sidiki Diabaté bien sûr, mais aussi Fatoumata Diawara, Oxmo Puccino ou encore Philippe Jaroussky (que j’ai découvert sur cet album).

Voici deux petites vidéos pour vous laisser imaginer ce que j’ai vécu lors de cette soirée à la salle Pleyel :

https://www.facebook.com/MatthieuChedid/videos/10155020508913751/

https://www.facebook.com/MatthieuChedid/videos/10154999362538751/

Le bonheur, un des morceaux que je préfère sur l’album, interprété en live avec Philippe Jaroussky…

Et pour finir, même si je n’ai que l’embarras du choix parmi les belles lignes que compte cet album, je vous laisse avec cette superbe phrase d’Andrée Chedid choisie comme slogan de l’album :

Toi,
Qui que tu sois,
Je te suis bien plus proche qu’étranger.

A méditer sans modération !

Connaissez-vous cet album ? Qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire dans les commentaires !

Liens utiles :
– la salle Pleyel, dont je vous recommande la programmation
– la page facebook de -M- (dont proviennent les deux vidéos)
– le lien vers l’intégralité du concert des Francofolies de la Rochelle, disponible sur Culture Box, disponible jusqu’en janvier 2018
– une chouette interview de -M- dans Le Parisien (dont est extraite la deuxième photo de cet article, (c) Yann Orhan)

6 comments on “LAMOMALI de -M-, ou la belle rencontre des cultures malienne et française…

  1. J’en avais eu un aperçu sur le plateau de C à vous avant l’été, et je suis tout de suite tombée amoureuse de cet album, juste en en entendant un extrait. Merci de me rappeler cette émotion…

Laisser un commentaire