Vers le Sud d’Haïti, où je suis tombée sous les charmes de Bassin Bleu et de Jacmel
Juil 13, 2017 Haiti 8

Episode 4 de mon journal de bord en Haïti.

La journée est longue à démarrer. Nous attendons notre nouvel accompagnateur, retardé en chemin par les pluies diluviennes de Port au Prince. Les infrastructures qui font tellement défaut peuvent facilement bouleverser les plans des voyageurs.
Ce matin, nous quittons la région des Palmes pour Jacmel. « Jacmel », ce nom est mythique pour moi.

Encore, Dany Laferrière qui en parle dans ces romans haïtiens. Da, sa grand-mère, évoque Jacmel pour parler d’un lieu très lointain, où l’on ne rigole pas quand on fait quelque chose. Les chaises de Jacmel, c’est du solide.
Jacmel est en fait situé de l’autre côté de quelques montagnes, peut-être 60 kilomètres à vol d’oiseau, deux heures sur une route sinueuse.

En chemin, je vois des paysages de toute beauté. La nature est souvent luxuriante, palmiers, manguiers, bien d’autres arbres et des champs remplis en abondance… D’autres fois, les montagnes ont été déforestées. Et même si la terre ne semble pas pleurer comme à Madagascar, elle est mal en point et s’écoule en torrent de boue en bien des endroits.

Nous arrivons à Jacmel. Un tout petit tour en voiture m’y fait sentir les prémices d’une connivence à venir. La ville est colorée, semble artistique et son bâti désuet par endroit me charme au premier coup d’œil.

Cap sur Bassin Bleu.

A nouveau 45 minutes de lacets et de mauvaise route. Au bout de la piste, le village de Bassin Bleu. Ce n’est pas un mais quatre guides qui escortent notre petit groupe. Cela me paraît démesuré. Jusqu’à ce que nous atteignions les rivières et les premiers bassins. Nous traversons l’eau pied nu sur des pierres glissantes, nous arpentons des parois rocheuses et randonnons sur des pavés parfois bien lissés. Je suis heureuse d’avoir des mains en nombre pour me soutenir.

Nous arrivons à Bassin Bleu qui mériterait aujourd’hui le nom de « bassin boueux ». L’eau cristalline ne sera pas pour nous : il a beaucoup plu les jours précédents et les terres déforestées ne retiennent plus terres et boues. Qu’importe, la balade permet une agréable immersion dans la nature… qui finit sous un déluge tropical. 16 heures, nous arrivons trempes à notre déjeuner !

Suite du programme : visite de Jacmel.

Que mon intuition matinale se confirme. Gaieté de vivre, art dans tous les coins de la ville, bâti défraîchi au charme aussi fou que photographique… Je me régale des deux heures de visite guidée. J’apprends ici que Jacmel a prospéré grâce au commerce maritime, lié notamment à l’exploitation du café. Nous y reviendrons avec bonheur demain…
La journée se termine déjà, autour d’un dîner au restaurant très bien nommé « Vue sur mer ». Fruits de mer et poisson me régalent une fois de plus et closent en beauté cette longue journée.

Cliquez par ici pour connaître le contexte de mon voyage en Haïti.

8 comments on “Vers le Sud d’Haïti, où je suis tombée sous les charmes de Bassin Bleu et de Jacmel

  1. Merci pour ce partage toujours magnifique, et ces photos qui donnent envie de découvrir Haïti (sans parler de lire Dany Laferrière…). Et bravo pour le changement de look du site : j’adore !

    1. Bonjour Tara, merci pour ce mot ici… Ravie que vous ayez à votre tour envie de découvrir Haïti…
      Et merci pour le compliment sur le look du site, ça me fait bien plaisir !

  2. Quel plaisir de vous lire ! Je suis rentrée d’Haïti il y a deux jours après deux mois la bas et je me retrouve dans vos articles. Ce voyage m’à changée . J’ai déjà hâte d’y retourner , il me reste encore tellement de choses à découvrir . Merci pour le partage de ces magnifiques photos .

    1. Bonjour Séverine, merci pour ce message !
      Deux mois en Haïti ? Qu’y avez-vous fait ? Où étiez-vous ?
      Je suis ravie de lire que mes mots vous parlent, vraiment…

      1. J’étais avec un groupe d’amis musiciens ( Kreyol la) qui m’ont fait découvrir le pays pendant leur tournée. J’ai visité le sud , Jacmel bassin bleu , les Cayes, je suis partie en expedition à Baradères en passant par des paysages magnifiques. L’ile à vache restera la plus belle des plages que j’ai vu là bas. Nous sommes partis au Cap Haitien mais malheureusement je n’ai pas eu le temps de visiter le nord . L’ile de la gonave a été la dernière chose que j’ai faite avant de rentrer .
        La campagne Haitienne ( Furcy ,Belo , Kenscoff) est à couper le souffle. Je logeais à Fermathe, à quelques minutes de Petionville. C’était une experience extraordinnaire que je n’oublierai jamais. Malgre que parfois certaines choses ont été difficile à voir , surtout à Port au prince.
        Je partagerai vos articles à mes proches pour qu’ils vous lise aussi, c’est si bien écrit.

        1. Oh quelle chance Séverine… Ce que tu décris ici a l’air extraordinaire… J’ai entendu beaucoup de bien de l’île à Vache, et aussi de Cap Haïtien. Bref, j’ai des raisons d’y revenir 😉
          Et oui, n’hésite pas à partager, je serais aussi heureuse d’avoir le retour de tes amis haïtiens !

Laisser un commentaire